Arts
Les mutiques visages de Vivian Maier à la Galerie Les Douches

Les mutiques visages de Vivian Maier à la Galerie Les Douches

25 janvier 2021 | PAR Eliaz Ait Seddik

Les galeries restent ouvertes malgré tout! Jusqu’au 30/01, la Galerie Les Douches expose une dizaine d’autoportraits de la photographe américaine, Vivian Maier, reconnue seulement après sa mort. 

  Visage impassible, regard opaque, les autoportraits de Vivian Maier ne nous disent rien. S’étalant entre les années 50 et 70 et de New York à Chicago, la dizaine de clichés exposés à la Galerie Les Douches semblent nous mettre au défi de lire la moindre information sur la photographe dans ses traits figés.

  Beaucoup d’artistes se cherchent à travers leur art et de Van Gogh à Jackson Pollock, on peut voir dans l’autoportrait une impulsion à se connaitre, se comprendre. Rien de cela chez Maier. Elle n’est qu’une surface, aussi neutre que la toile en peinture, à travers laquelle elle poursuit son obsession de la photo parfaite. Ce qui saisit tout de suite, dans son travail, c’est le sens exacerbé de la composition, la science autodidacte du cadrage : des bords du cadre à la profondeur de champ, tout est structuré, rien n’est laissé au hasard.

   Ses instantanés n’ayant été découverts qu’après sa mort, cette tendance compulsive à l’autoportrait ne peut être interprétée comme un désir de reconnaissance. Qu’elle mette son reflet en abyme dans la vitre d’un magasin de miroirs, un rétroviseur ou bien qu’elle enregistre son ombre s’étirant sur les trottoirs, on y voit plutôt une traque inlassable de la nature même de la photographie : capturer pour toujours un instant fugitif. Le visage de Vivian Maier ne nous dit peut-être rien sur qui elle était, mais ses autoportraits nous disent, eux, tout ce qu’il faut savoir sur l’art délicat de la photo.

Vivian Maier, Self-Portraits.

Exposition du 28 novembre 2020 au 30 janvier 2021 à la Galerie Les Douches (5 Rue Legouvé, 75010 Paris).

Visuel : Vivian Maier, Untitled, Self-Portrait, 1953. © Estate of Vivian Maier / Courtesy Maloof Collection; Howard Greenberg Gallery, New York & Les Douches la Galerie, Paris.

Des autrices et auteurs menacent le Festival d’Angoulême de boycott
« Les Orages » de Sylvain Prudhomme : Et soudain, la vie
Eliaz Ait Seddik

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture