Galerie

Le mystère Vivian Maier à la galerie Les Douches

Le mystère Vivian Maier à la galerie Les Douches

28 janvier 2019 | PAR Emilie Zana

La mystérieuse Vivian Maier, dont le vaste travail a été découvert par hasard pendant une vente aux enchères par un jeune homme nommé John Maloof revient nous fasciner à la Galerie Les Douches à travers une exposition d’une quarantaine de photographies en noir et blanc mais aussi – et surtout – en couleurs.

Une nouveauté : Les couleurs
On plonge dans les rues de Chicago et New-York pendant les années 50-70 dans l’intimité des passants grâce aux clichés en noir et blanc exposés dans la salle de gauche de la galerie. On découvre également des clichés aux couleurs exquises dans la salle de droite, une nouveauté pour cette galerie, Françoise Morin ayant déjà exposé Vivian Maier en 2013. Les couleurs pétillantes de son travail ont pour effet de transformer l’idée que nous avions de Vivian Maier.

Surprendre soi et les autres
Vivian Maier semble prendre sur le fait : des personnages de dos, des fleurs à l’arrière d’une voiture ou sur la tête d’une dame… révélant une sensibilité et une curiosité teintée d’humour.
Il y a également beaucoup d’autoportraits, à travers le reflet d’une vitrine ou de bouts de miroir.
Ses mystérieux autoportraits ne cessent d’interroger ; sa longue ombre sur le sol, isolée montre-t-elle sa solitude voire son sentiment d’intruse ?
John Maloof écrira dans son livre Vivian Maier : Self-portraits qu’elle « semblait vivre deux différentes vies, contradictoires : sa vie domestique et sa vie personnelle, créative » (notre traduction), Vivian Maier, nounou, photographiait dans la rue inlassablement avec son appareil photo autour du cou.

Une notoriété fulgurante posthume
Vivian Maier connaît une notoriété fulgurante à partir de sa découverte en 2009. Surtout médiatisée par un film documentaire réalisé par John Maloof en 2014 A la recherche de Vivian Maier, il existe un site internet à son nom, plusieurs livres publiés, et de nombreuses expositions  en France et dans le monde… Alors qu’elle préservait ses clichés de son vivant et qu’elle mourut sans le sou et sans héritiers.
De nombreuses questions se posent alors sur le respect de la volonté de l’artiste, surtout lorsque l’on observe le véritable business autour des tirages, les photos étant le monopole de John Maloof qui signe et tamponne les tirages que les collectionneurs s’arrachent…

« Un bon buzz » dixit un visiteur de la galerie ? Il s’agit en tout cas d’une découverte hasardeuse et d’une enquête passionnante qui ont eu le mérite de mettre au jour un talent hors norme.

Vivian Maier, The Color Work jusqu’au 30 mars 2019 à Les Douches la Galerie au 5, rue Legouvé 75010 Paris. Du mercredi au samedi, de 14h à 19h et sur rendez-vous.

 

Visuel : ©EZ

Infos pratiques

L’oeuvre de Bansky en hommage aux victimes du Bataclan a été volée
Le Ballet de Lyon à la Maison de la Danse : trois chorégraphies de Trisha Brown
Emilie Zana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *