Arts
L’extraordinaire récit photographique de Vivian Maier au Musée du Luxembourg

L’extraordinaire récit photographique de Vivian Maier au Musée du Luxembourg

15 septembre 2021 | PAR quentin didier

C’est une exposition que l’on peut presque qualifier de ‘’blockbuster’’ de la rentrée. L’œuvre singulière de Vivian Maier, génie amateur du 8ème art, est retracée dès ce 15 septembre pour un projet grandiloquent au Musée du Luxembourg à Paris.

C’est l’histoire quasiment fantastique d’une photographe parmi les plus importantes du siècle dernier qui nous est contée. Celle d’une nourrice passionnée de photographie qui sillonne les rues de New York et Chicago avec son appareil. Mais de son vivant, Vivian Maier ne dépasse jamais le statut d’amateur. C’est seulement après sa disparition en 2009 que ses clichés et ses négatifs sont découverts par milliers lors d’enchères. C’est alors que se dévoile comme par miracle une œuvre prolifique et des plus brillantes, un trésor artistique provenant du plus simple ordinaire.

Sans lieu, sans date

Sans lieu, sans date. Voilà ce que l’on peut préciser de certains clichés de Vivian Maier. Beaucoup de mystères entourent encore la vie de l’artiste. De New York dans la première moitié des années 50, à Chicago par la suite, c’est en s’occupant d’enfants qu’elle gagne sa vie. C’est lors de son temps libre qu’elle capture son environnement urbain avec un appareil Rolleiflex.

On découvre la jeune femme avec des autoportraits qu’elle réalise en photographiant son reflet. Sa moue stoïque renforce encore la dimension énigmatique de son œuvre où le quotidien, la normalité et l’abstrait sont sujets de ses photographies naturalistes. Viviane Maier fige un instant, une simple anecdote avec une nonchalance fascinante. Mais les cadrages et les surcadrages entre simplicité et complexité, témoignent d’une touche où l’ordinaire devient sensationnel, comme par magie. Quelque chose qu’un contexte spatio-temporel ne peut perturber. Alors on n’a pas toujours besoin de situer et de dater de tels clichés.

Un parcours de vie intimiste

La dimension naturaliste inhérente au travail de Vivian Maier donne à son œuvre un aspect intimiste. Elle capture des moments anecdotiques de sa vie et de la vie d’inconnus qu’elle croise. En résulte une mosaïque d’instants, de visages, de cadres frappés par le 8ème art pour en faire quelque chose d’extraordinaire, et tout cela dans un certain hasard. Car c’est bien parce qu’il est amateur que le travail de cette artiste est plus que sublime.

L’œuvre de Viviane Maier, c’est le parcours d’une vie. La jeune femme ne capture pas seulement les mégalopoles américaines de New York et Chicago, elle voyage également dans les Alpes françaises d’où sa famille maternelle est originaire, mais aussi ailleurs en Europe, en Asie… Une vie où de simples rencontres avec un lieu, un décor ou une personne, forment un récit artistique et intime. Elle est une quintessence de la photographie de rue, et de tous lieux intimes et ordinaires.

L’exposition « Vivian Maier » est à retrouver au Musée du Luxembourg dès ce 15 septembre 2021 et jusqu’au 16 janvier 2022.

Visuels : ©Quentin DIDIER

42e Festival d’Ambronay « Nouvelles Suites », premier week-end #1
Le cercle collectif de Myriam Gourfink face à l’apocalypse
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture