Actu
Confinement culturel : le rideau se ferme sur la scène culturelle

Confinement culturel : le rideau se ferme sur la scène culturelle

15 octobre 2020 | PAR Eliaz Ait Seddik

Quatre semaines minimum de couvre-feu de 21h à 6h, en Île-de-France et dans les 8 métropoles les plus touchése par la Covid (Aix-Marseille, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse). L’annonce a été faite par le Président Emmanuel Macron, lors de son intervention au JT de 20h de France 2 ce 14 octobre. Une décision qui heurte de front la scène et la création culturelles et s’apparente à un deuxième confinement pour un secteur déjà fortement endommagé. 

« Macron est entrain de tuer les salles de spectacles ». Cette déclaration de Loïc Bonnet, directeur du Théâtre A L’Ouest de Rouen au Figaro résume bien le climat mortifère qui règne depuis l’annonce du Président hier soir, d’un couvre-feu nocturne, empêchant ainsi les représentations et projections sur ce créneau particulièrement lucratif pour les salles de spectacles, de cinéma. 

Cette mesure concerne, de fait, l’Ile-de-France, ainsi que huit métropoles, parmi les plus touchées par la deuxième vague du virus : Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne. Dans sa déclaration, Macron, a annoncé quatre semaines « renouvelables » jusqu’à six semaines, selon l’évolution de la transmission du virus. Alors que le monde du spectacle vivant voyait déjà son activité économique grevée de 72 %  en 2020 à la suite du confinement et des mesures sanitaires, selon une étude du Département des Études, de la Prospective et des Statistiques (DEPS) du ministère de la Culture  et que fin août une enveloppe de soutien supplémentaire de 432 M€ a été allouée au secteur par le ministère de la Culture, face à ce nouveau coup, on ne sait pas encore quel va être le soutien. Le Président a évoqué une assistance pour aider les salles à reprogrammer leurs spectacles/projections nocturnes en journée, sans préciser la nature de cette aide. Il a aussi parlé d’une réactivation du « chômage partiel à plein » pour ces secteurs vivant une forme de deuxième confinement : un confinement culturel, donc. 

Des interpellations désespérées 

De leur côté, les professionnels du spectacle s’indignent, remarquant qu’ils ont respecté à la lettre les mesures sanitaires dans leurs salles. En effet, toutes les représentations, projections auxquelles nous avons pu assister imposaient un port du masque et une distanciation physique sans équivoques. D’ailleurs, Macron lui-même semble le reconnaitre dans son intervention : « On a des protocoles sanitaires qui sont très efficaces au cinéma, comme au théâtre ». Pourtant, cela ne l’empêche pas de faire tomber un peu plus le rideau sur un monde culturel qui continuait à survivre tant bien que mal, malgré la crise sanitaire. 

Les interpellations de professionnels de la culture et de journalistes culturels, en général à l’adresse de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, se sont multipliées sur les réseaux sociaux. Ainsi, par exemple, Marie Sauvion, critique de cinéma à Télérama, appelle dans un tweet à ce que les  billets de spectacle puissent servir d’attestations de sortie, pour que les spectateurs puissent continuer à faire vivre le monde du spectacle. Tandis que le violoniste Renaud Capuçon souligne surtout le nombre de questions sans réponses auxquels les acteurs culturels se retrouvent confrontés.

Visuel : ©Affiche La Dernière Séance, de Peter Bogdanovich. 

Gérard Deschamps, Peinture sans peinture : une rétrospective d’envergure, au LAAC Dunkerque
Christie’s, Kering et la collection Paul Haim
Eliaz Ait Seddik

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *