Classique
A Paris, Renaud Capuçon interprète magistralement le concerto pour violon de Beethoven

A Paris, Renaud Capuçon interprète magistralement le concerto pour violon de Beethoven

29 janvier 2020 | PAR Sarah Dray

Mardi 28 janvier 2020, Renaud Capuçon, accompagné de l’orchestre Filarmonica della Scala, dirigé par Riccardo Chailly, a interprété magistralement le concerto pour violon de Beethoven à la Philharmonie de Paris. Avec élégance et intensité, il a sublimé cette œuvre et montré encore une fois l’étendue de son talent.

Renaud Capuçon est tellement reconnu pour son art que le monde entier se l’arrache. Alors, quand il se produit à la Philharmonie de Paris, le public est nombreux à se presser pour l’écouter. C’est dans une salle Pierre Boulez pleine, que Renaud Capuçon est apparu en smoking pour interpréter le seul concerto pour violon de Beethoven.

Avec une grande dextérité et tout autant de délicatesse, les doigts de l’artiste se sont baladés sur son violon pendant les 40 minutes du concerto pour violon et orchestre en ré majeur. Mais au-delà de cela, ce qui marque quand on regarde Renaud Capuçon interpréter une si grande œuvre c’est l’intensité qu’il met dans chaque mesure. Il vit réellement et profondément la musique et transmet cette passion au public. Lorsqu’il ne joue pas, il ferme les yeux et appréhende la musique à fleur de peau.

De plus, cette œuvre de Beethoven, initialement destinée au jeune violoniste Franz Clement, est particulièrement romantique, voire intérieure. Elle fait la part belle à la partie soliste du violon, porté, bien évidemment, par l’orchestre dans son ensemble.

De consonance joyeuse, ce concerto laissera dans le cœur des spectateurs une sérénité heureuse. A la fin, Renaud Capuçon, qui confiait en interview n’être pas aussi connu que Patrick Bruel, sera autant voire plus applaudi que lui. Le chef Riccardo Chailly et la Filarmonica della Scala seront également plébiscité.

Ainsi, sous le regard bienveillant de son épouse Laurence Ferrari, Renaud Capuçon se retirera et ira parcourir le monde entier pour y sublimer les plus grands compositeurs. Nul doute que le public sera au rendez-vous lors de sa prochaine apparition en France.

Visuel : ©Simon Fowler pour le site de la Philharmonie de Paris

 

« The Day », Lucinda Childs en prête-nom au Théâtre de la Ville
Supervision, une plongée dans le monde voilé de l’hôtellerie-restauration au Théâtre 14
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *