Actu
Attaques homophobes après un concert à Saint-Eustache, Eddy de Pretto répond

Attaques homophobes après un concert à Saint-Eustache, Eddy de Pretto répond

24 juin 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

L’interprète de « Kid » fait face à une avalanche d’insultes homophobes sur les réseaux sociaux après sa performance à l’église Saint-Eustache. Eddy de Pretto y répond avec force.

Jeudi 17 juin, Eddy de Pretto a livré une prestation en piano-voix au festival Qui va piano, dans l’église Saint-Eustache à Paris. Le chanteur a débuté le concert avec le titre « À quoi bon » qui évoque les liens incompatibles entre son homosexualité et la religion. Il a donc clamé : « Je crois que je n’suis pas prêt pour obéir à ta Bible / Je sais ce qui te plaît, je crois que je n’ai pas lu les bons livres ».

Lynchage homophobe

Mais Eddy de Pretto fait à nouveau front contre l’homophobie. Sa performance dans le lieu catholique lui a valu une vague d’attaques homophobes sur les réseaux sociaux.  » Tu veux chanter ‘Sodomite’ dans une église ? Pas de souci, porte tes couilles et fais pareil dans une mosquée », « baise ta mère », et des « nique ta mère » se multiplient sur ses réseaux sociaux. Il publie plusieurs de ces messages violents et y répond avec force. Pour lui, il n’est pas question de laisser faire.

Rencontre avec une jeune croyante

Le chanteur de 27 ans leur a parlé de sa rencontre avec une jeune croyante. « C’est fou car juste après ma prestation de jeudi soir dans l’église Saint-Eustache, une jeune croyante (…) est venue me parler pour me dire qu’elle avait été touchée par cette chanson ‘À quoi bon’, qui raconte le fait de ne pas se sentir accepté à cause de son homosexualité », témoigne-t-il en story. « Elle m’expliqua ensuite que c’était une fausse et désuète lecture que de croire que le fait d’être gay t’excluait de ces lieux sacrés ou de la religion, alors qu’elle est censée s’ouvrir à celles et ceux qui le désirent intimement », a-t-il poursuivit.

« Je chanterais mes mots dans tous les lieux qui m’accueillent pour le faire », répond Eddy de Pretto à ses détracteurs sur Instagram. Dans un même temps il post sur Twitter : « Ces homophobes, royalistes, anarchistes d’extrême droite ne gagneront jamais. L’amour gagne toujours ».

Le label Microqlima, qui organisait le concert, dénonce aussi cet haine à l’égard d’Eddy de Pretto. Il « est victime, pour avoir simplement chanté qui il est dans une église, d’une campagne de harcèlement en ligne homophobe de la part d’une minorité extrême, allant des insultes aux menaces de mort », publie le label sur les réseaux sociaux.

Église gay-friendly

L’interprète incite ses harceleurs à lire De profundis d’Oscar Wilde et Sodoma de Frédéric Martel, parti enquêter sur le Vatican. « Pour celles et ceux qui pensent que les sodomites n’ont pas la place dans l’Eglise », explique Eddy de Pretto.

Il profite de cette persécution pour rappeler que l’église Saint-Eustache expose le triptyque « La vie du Christ », une œuvre hommage aux victimes du Sida. Celle-ci a été réalisée par Keith Haring, ouvertement homosexuel et décédé du Sida.

 

Visuel : Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0).

La jeunesse des quartiers sur la scène de l’Opéra à Nantes
Lille Piano(s) Festival, diversité et ouverture
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture