Démission de Michel Field et probable motion de défiance contre Delphine Ernotte : ça chauffe à France Télévision

22 mai 2017 Par
Nathan Sportiello
| 0 commentaires

Le démission du directeur de l’information Michel Field, ce lundi matin, intervient après l’éviction de David Pujadas du 20 heures de France 2 et à la veille de deux motions de défiance posées par les journalistes de France Télévision. Mais la malaise entre les journalistes et Michel Field ne date pas d’hier. 

michel_field

Michel Field, directeur de l’information de France Télévision a présenté sa démission, ce lundi 22 mai. Il a annoncé sa décision lors d’un comité de direction. « Par souci d’apaisement, j’ai demandé à la présidente de me relever de mes fonctions de directeur de l’information. J’ai été heureux et fier d’avoir travaillé avec vous », a-t-il expliqué. Avec cette décision, la directrice de France Télé Delphine Ernotte espère éviter le vote, prévu mardi, de deux motions de défiance, suite à l’éviction de David Pujadas, qui sera remplacé par Anne-Sophe Lapix dès la saison prochaine. La première, contre Michel Field n’aura donc plus lieu d’être après son départ. En revanche, celle qui la vise directement est toujours d’actualité.

Dès 2016, la rédaction se méfie de Michel Field.

Déjà visé par une motion de défiance en avril 2016, M. Field avait été l’objet de vives critiques de la part de la rédaction, la semaine dernière, après l’éviction de David Pujadas de la présentation du journal de 20 heures. Et cette méfiance à l’égard du directeur de l’information du groupe France Télévision n’est pas récente : la rédaction dénonçait déjà il y a un an « le mépris, la désinvolture et parfois la grossièreté affichés par le directeur de l’info ».

La relation entre les journalistes et Michel Field n’a donc jamais été au beau fixe. Le journaliste de 64 ans, quitte le groupe public après un an et demi de luttes avec ses équipes.  Nommé par la PDG Delphine Ernotte, il n’a jamais gagné la confiance des journalistes en raison de ses méthodes de management peu appréciées. Dès son arrivé au poste de directeur de l’information en 2015, il entreprend de bouleverser les émissions politiques et d’informations du groupe. Ainsi, il a par exemple mis fin à Des paroles et des actes et décidé de se séparer des présentatrices d‘Envoyé spécial, Guilaine Chenu et Françoise Joly.

M. Field se voit aussi reprocher, selon des sources internes, d’avoir été trop conciliant avec les demandes de l’Elysée dans la préparation de l’émission « Dialogue citoyen » avec François Hollande.

Il semblerait que cette démission soit l’occasion pour la direction de France Télévision de calmer la tension qui règne au sein de la rédaction et, de peut-être, éviter à Delphine Ernotte le vote du motion de défiance à son encontre.

Une motion de défiance, c’est quoi ?

Pour rappel, la motion de défiance permet à une rédaction de montrer publiquement leur manque de confiance envers leur direction. En 2016, lors de la première motion déposée à l’encore de Michel Field, la question posée aux journaliste était : «Faites-vous confiance à Michel Field pour diriger l’information de France Télévisions ? ». Ils avaient répondu non à 65% et le directeur de l’information était tout de même resté mais avait été fragilisé. Une motion de défiance n’est pas synonyme de départ.

Visuel : Wikipedia