Voyage
[Carnet de Voyage] Découverte de Poitiers, ville d’art et d’histoire pleine de charme

[Carnet de Voyage] Découverte de Poitiers, ville d’art et d’histoire pleine de charme

17 juillet 2014 | PAR Sandra Bernard

Riche d’une longue histoire, la ville de Poitiers, située entre Paris et Bordeaux sur l’une des grandes routes de pèlerinages vers Saint-Jacques de Compostelle, possède un patrimoine historique et artistique impressionnant, à découvrir au fil de flâneries (entre autres) dans les quartiers du « plateau » et épiscopale.

De ses « 100 clochers » médiévaux, la ville de Poitiers en a conservé une trentaine dont, sur le « plateau », Saint-Porchère, reconnaissable à son clocher porche de style tardo-roman avec une nef de style gothique, ou encore la fameuse Notre-Dame-la-Grande, dont la célèbre façade sculptée, mêlant messages religieux et politiques, unique en son genre dans l’art roman, fait la fierté de la ville. Non loin, se dresse le palais de justice occupant l’ancien palais des ducs d’Aquitaine dont certaines salles datent de l’époque d’Aliénor d’Aquitaine. Si sa façade principale, de style classique, n’est pas d’un intérêt particulier, sa face arrière, typiquement gothique, recèle une prouesse technique insoupçonnable concernant les conduits de cheminées qui ne masquent pas les grandes baies vitrées. A noter que le jardinet bordant la face arrière du palais de justice laisse entrevoir des vestiges du mur de fortification gallo-romain. Aliénor d’Aquitaine, figure emblématique largement présente dans les souvenirs des habitants de Poitiers, côtoie une autre figure féminine ayant marqué l’histoire de France : Jeanne d’Arc. En effet, c’est à Poitiers, en 1429, que la Pucelle reçoit le commandement des armées françaises ayant pour but de bouter les anglais hors du royaume.

Le centre ville, avec son hôtel de ville typiquement XIXe siècle, a fait l’objet en 2011 d’une grande campagne de travaux qui ont permis la création de grandes zones piétonnes, idéales pour les promenades. Des circuits découvertes ont été aménagés dans cette partie de la ville. Pour les emprunter, il suffit de suivre l’un des différents marquages au sol dont la couleur correspond à un thème particulier. L’on pourra alors remarquer que, dans les rues au tracé médiéval, les maisons aux façades médiévales à pignons ou à pans de bois côtoient des façades typiquement XIXe siècle. Cela s’explique par l’agrandissement des rues au XIXe siècle, suivant les recommandations du courant hygiéniste alors en vogue. Les anciennes façades ont été rabotées et remplacées par des façades à la mode. Il reste tout de même quelques belles façades anciennes, comme celle de la maison aux « trois clous ».

Ces ruelles, dont la « Grand rue » qui n’est autre que la plus ancienne rue de la ville, relient le « Plateau » au quartier épiscopal où se trouve l’impressionnante cathédrale Saint-Pierre datant du début de la période gothique, pour un résultat massif et surprenant. En contrebas de la cathédrale se trouvent le baptistère Saint-Jean et le musée Sainte-Croix. Le baptistère, dont la fondation remonte aux premiers temps du Moyen Âge, est devenu un dépôt lapidaire, ouvert au public, après son sauvetage au XIXe siècle. Outre sa forme originale, ce sont sa piscine baptismale octogonale et ses fresques datant du XIe-XIIe siècle qui retiennent l’attention. Des installations au sol permettent d’observer le système d’adduction de l’eau pour la cuve et les strates les plus anciennes de l’occupation du lieu.

A proximité immédiate se trouve le musée Sainte-Croix. A la fois musée des Beaux Arts, musée archéologique et musée d’histoire, ses collections présentent plusieurs milliers d’années. Le parcours de visite, chronologique, commence par la partie basse du musée avec la présentation, dans une scénographie en pleine rénovation, d’objets archéologiques comme des pierres taillées ou la reproduction d’une fresque préhistorique dont l’original est aujourd’hui perdu. Viennent ensuite les importantes collections gollo-romaines ainsi que des vestiges mis à jour lors de fouilles, suivent des éléments de décor roman et des pièces d’orfèvrerie médiévales. La visite se poursuit par des peintures et des sculptures couvrant les périodes allant du Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle, avec une très belle collection d’œuvres de Camille Claudel. La scénographie parlante délimite les zones par des couleurs et tire parti de l’architecture brutaliste originale avec ses niveaux et demi-niveaux en mezzanines.

Dans un style encore plus contemporain, il convient de remarquer le théâtre-auditorium de Poitiers (TAP) inauguré en grandes pompes en 2008, et labellisé Scène nationale. Dépouillé, lumineux et coloré, le bâtiment ne passe pas inaperçu dans le quartier de la gare.

En été, il serait dommage de passer à côté de la programmation des Nuits Romanes qui mettent en lumière une belle partie du patrimoine roman de la ville et de ses alentours par le biais de spectacles nocturnes entièrement gratuits. Enfin, les familles, les technophiles et tous les autres pourront s’amuser et s’émerveiller au Futuroscope tout proche.

Photographies : ©Sandra BERNARD

« The Hateful Eight » de Quentin Tarantino entrera en production janvier 2015
« La Mate » : une ode à la femme à la Maison des Métallos
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture