Tendances
Vivienne Westwood, l’éternelle irrévérencieuse

Vivienne Westwood, l’éternelle irrévérencieuse

14 mars 2011 | PAR Avela Guilloux

La rousse incendiaire, septuagénaire en avril, incarne depuis quarante ans une rébellion artistique et politique. Elle présentait sa collection automne/hiver 2011/2012 le 4 mars.La styliste anglaise y proposait une version douce de l’esprit punk rock qui plane toujours sur ses collections.

«S’il y a quelqu’un qui peut parler de l’anticonformisme, c’est bien moi.»

En 1971, dans une boutique située au 430 King’s Road à Londres, en compagnie de son acolyte et époux, Malcolm McLaren, elle troue des jeans, coiffe des crêtes et enfonce des épingles à nourrice dans les habits de jeunes gens qui se feront appeler les punks. Elle deviendra la marraine de cette génération.

Passionnée de l’histoire du costume, elle devient la première créatrice star de la mode britannique, pose déguisée en Margaret Thatcher en une du magazine Tatler et devient Dame of the British Empire.

Sa marque est aujourd’hui une multinationale et Vivienne Westwood une figure de la scène culturelle britannique, connue pour ses coups d’éclats.

D’où lui vient cet esprit de révolte ? Il semble qu’il ait toujours habité la créatrice, qui, avant d’être la First Lady du punk, était institutrice dans une école primaire. Avec la conviction d’une enseignante, elle  écrit un manifeste, Active Resistance to Propaganda. Vivienne Westwood explique avoir «rédigé ce texte pour transmettre aux jeunes l’esprit d’insurrection». Ce manifeste, de quelques dizaines de pages, est une pièce de théâtre où dialoguent, entre autres, l’Alice de Lewis Carroll, Pinocchio et Aristote. «Je me suis demandé qu’est-ce que je veux dire aux gamins ? confie-t-elle.Ma vision des choses a tellement évolué depuis l’époque où j’étais une punk.» La créatrice s’est inspirée d’Aldous Huxley et de Bertrand Russell et a utilisé la forme d’un dialogue théâtral après avoir été fascinée par la mise en scène signée Peter Brook de la Conférence des oiseaux, recueil de poèmes soufis.

Ses collections portent des noms qui sont autant de slogans, et portent en étendard cet esprit d’insurrection qui lui est si cher : « Active Resistance »,  » Buy less, choose well » ( « Je fais de la qualité pas de la quantité. Quitte à acheter, autant acheter quelque chose de bien et ça a intérêt à être du Vivienne Westwood ! »),«Loyalty 2 Gaia» (Il faut très vite prendre conscience du désastre climatique à venir. Il y a urgence.


Défilés Vivienne Westwood et Vivienne Westwood Red Label

Décidément une grande dame de la mode, dont les collections devraient être reconnues d’utilité publique ! Loin des diktats, elle aura suivi sa route à elle, imposant sa mode et son style subversifs, sans jamais se sacrifier à une mode aseptisée. Elle appelle les gens à résister à la propagande, à s’affranchir des carcans qu’on nous impose, à moins consommer, à utiliser leur imagination, à se révolter. A presque 70 ans, elle reste une bouffée d’éternelle jeunesse révoltée dans le monde de la mode,

Programme de la Semaine du Dessin à Paris
Les grandes personnes de Marie NDiaye, un spectacle foisonnant au Théâtre de la Colline
Avela Guilloux

2 thoughts on “Vivienne Westwood, l’éternelle irrévérencieuse”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture