Théâtre
Les grandes personnes de Marie NDiaye, un spectacle foisonnant au Théâtre de la Colline

Les grandes personnes de Marie NDiaye, un spectacle foisonnant au Théâtre de la Colline

14 mars 2011 | PAR Smaranda Olcese

Marie NDiaye poursuit sa collaboration avec Christophe Perton et signe un texte puissant, foisonnant à en perdre pied, porté par des comédiens d’une justesse admirable.

Après Hilda, mise en scène au Théâtre du Rond-Point en 2005 et Nothing Human (Rien d’Humain), mise en scène au New York Theater Workshop en 2010, Marie NDiaye répond à une nouvelle invitation de Christophe Peron, pour Les Grandes Personnes. La lauréate du Prix Goncourt 2009, convoque diverses figures sur le plateau : des parents, des enfants- adultes, des revenants, des morts qui ont du mal à trouver repos – tout un univers qui, sous les apparences d’une situation on ne peut plus triviale, est d’une densité menaçante. Comme souvent dans ses récits tout se joue en famille : deux couples de vieux amis, ayant différemment évolué dans la vie et leurs enfants qui reviennent après de longues années d’absence, ou qui s’en vont sous le poids d’un crime terrible. Marie NDiaye explore les défaillances de l’amour parental qui, dans son égoïste excès, étouffe et pervertit.

Le metteur en scène doit assumer une porosité principielle entre la trivialité d’une vie ordinaire et la part d’ombre qui mine ce quotidien et installe un malaise persistant. Pour cette tâche difficile, Christophe Perton fait appel à un dispositif quasi cinématographique. Il imagine un cadre modulable à la capacité d’occultation variable qui facilite la circulation sémantique entre les espaces. Un sens très fin de l’hors champ lui permet d’y placer l’atrocité environnante. Ainsi Aissa Maïga, émouvante dans le rôle d’une mère étrangère, qui pousse le « maître d’école » à assumer les conséquences de son penchant, peut être isolée au bord de la scène devant un rideau noir qui masque des voix d’autant plus inquiétantes qu’elles sont dépourvues de visages, de la communauté de parents qui légitime ce crime. Elle finira par tomber sous leurs coups invisibles au fond d’un plateau vide.

La métaphore de l’oiseau de proie, mauvais, lourd et vorace traverse littéralement l’espace du récit : présences constantes tout au long de la pièce, les oiseaux empaillés, perchés sur le plateau comme autant des signes d’inquiétude diffuse, deviennent le support matériel d’un consensus meurtrier. Le maître d’école, un ange aux yeux obstinément aveugles de ses parents, prendra péniblement son envol transformé en gros oiseau noir.

Christiane Cohendy et Evelyne Didi campent d’une manière magistrale deux femmes et mères, répugnantes et attachantes à la fois. L’interprétation toute particulière de Stéphanie Béghain, en fille revenante, est soutenue par une ambiguïté savamment entretenue entre un fantôme et une ancienne dépendante aux drogues dures repentie. Le fils adoptif aurait pu être un des personnages les plus riches de Marie Ndiaye, avec cet héritage africain qu’il peine à assumer. Dans sa poitrine, entre son cœur et ses poumons, se sont lovés les esprits de ses parents africains qu’il n’a jamais connus et dont les voix, qu’on nous donne à entendre à travers sa bouche, l’écrasent. Le traitement de cette douloureuse co-habitation reste assez simpliste.

La force de ce texte est par moments étouffée par une mise en scène, qui, au delà des belles intuitions mentionnées plus haut, reste trop naturaliste et s’attache à la littéralité de la représentation. Un certain minimalisme aurait sans doute ouvert un espace autrement plus propice au déploiement de la profondeur et de la subtile intelligence de l’écriture de Marie Ndiaye.


Vivienne Westwood, l’éternelle irrévérencieuse
A petites pierres de Gustave Akakpo à l’Etoile du Nord
Smaranda Olcese

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture