Restaurants & Bars

Le palais des plaisirs gustatifs

Le palais des plaisirs gustatifs

25 avril 2014 | PAR Pulcherry Von Ober

Se ressourcer sur une île, oublier l’agitation de la ville, enchanter ses papilles et découvrir un lieu idyllique. Cela, c’est à 10 minutes de Lyon, dans une auberge, une étoile au guide Michelin : l’Auberge de l’île Barbe. Son chef, Jean-Christophe Ansanay-Alex propose depuis cette semaine des menus à 35 euros du mardi au vendredi.  Passons à table…

 


L’auberge

Pour les amoureux des vieilles pierres, ici vous allez adorer. En effet, la bâtisse  date du 17ème siècle et est classée aux monuments historiques français. Située en plein cœur de l’île Barbe, elle vous plonge dans l’histoire au rythme du chant des oiseaux. Si vous faites quelques pas, vous croiserez de magnifiques rosiers aux tendres fragrances…

Pour celles et ceux qui apprécient la tranquillité, le salon au premier avec sa magnifique cheminée, propose des moments hors du temps et reposant.

Pour celles et ceux qui veulent un week-end gourmand, la suite au deuxième étage assure sérénité et bien-être.

Le restaurant

Ici, le « Pâté en Croûte de Grande Cuisine Bourgeoise “Championnat du Monde” » sait admirablement faire la cour à la petite frisée à la Lyonnaise, d’autant que l’assaisonnement est remarquable. Une mention spéciale pour l’huile choisie…

L’Omble chevalier des Eaux Vives de l’Oron, « Hommage à Eugénie Brazier » a choisi de se faire savourer en mode mousseline. Paré ainsi de sa légèreté, il se plaît à dévoiler ses saveurs les plus exquises en bouche.

Les morilles ont opté pour le raffinement, alors elles s’habillent de velouté en ajoutant une touche mousseuse caressant avec délicatesse les lèvres. Leur tenue de gourmandise se nomme « Velouté de morilles comme un cappucino », vapeur de foie gras.

Bien sûr qu’un baba pour mieux séduire votre palais accompagnera avec finesse framboise et pistache en mode vieux kirsch. Et puis, il y a les fraises qui se plaisent à se faire titiller par le poivre de Sichuan et qui languissent dans leur feuilletage cuit en liberté. Et combien elles adorent lorsque la crème glacée à la vanille de Madagascar les éveillent, les réveillent en bouche : ainsi elles libèrent leur extraordinaire parfum.

Nous ne pouvons décrire les palettes de saveurs, les éventails de couleurs, l’ambiance si délassante qui règne en ce lieu.

Quant à la cave, elle recèle des trésors…

Alors, simplement pour oublier le quotidien, ou encore se délecter, pour savourer un moment de volupté, pour s’ouvrir une parenthèse de délice, oui l’Auberge de l’île Barbe est un endroit où il fait bon s’abandonner.

Pour ne pas se perdre dans la toile
http://www.aubergedelile.com/

Pour savoir à quel prix on est mangé…

Menus à partir de 35 euros dans la semaine à midi.

Crédit photo : relais et châteaux

[Critique] Gefaltet de Sasha Waltz à l’Opéra de Lille, comme une ritournelle
[Chronique] « Poitiers 1356 », le roi de France est fait prisonnier
Pulcherry Von Ober
Un regard posé sur l'esthétique car la beauté donne le ton de l'harmonie. Des papilles constamment en éveil ! http://www.sensetpeau.com/blog/ https://www.instagram.com/leschicsgourmandises/ @leschicsgourmandises

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *