Mode

« Thierry Mugler Couturissime » : une exposition spectaculaire !

« Thierry Mugler Couturissime » : une exposition spectaculaire !

21 octobre 2019 | PAR Cloe Assire

Du 13 octobre 2019 au 8 mars 2020, le Musée Kunsthal de Rotterdam accueille la rétrospective dédiée au travail du couturier Thierry Mugler pour la première fois en Europe. Initiée et produite par le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), cette exposition retrace le parcours aux multiples facettes d’un créateur visionnaire à l’œuvre universelle. Retour sur un opéra statique ô combien réussi !

L’exposition rassemble des pièces d’archive variées : plus de 150 tenues haute couture et prêt-à-porter, costumes de scène, clips, photographies, croquis, etc. se multiplient dans le but de représenter la variété des créations de Thierry Mugler. Le monde du spectacle marqua indéniablement le début de sa carrière, le couturier expliquant au cours de l’avant-première presse que « la mode ne se suffit pas à elle-même. Elle nécessite musique et mise en scène. C’est pourquoi je n’ai jamais suivi la mode, étant donné qu’elle ne m’intéresse pas ». Thierry-Maxime Loriot, en charge du commissariat sous la direction de Nathalie Bondil, mit un point d’honneur à concevoir cette rétrospective en six actes, de la même manière qu’un opéra : Macbeth & the Scottish Lady, Stars & Sparkles, Belle de Jour & Belle de Nuit, The Photographers Eye, Metamorphosis et, finalement, Futuristic & Fembot Couture.

Thierry Mugler est indéniablement l’un des couturiers les plus importants du XXème siècle qui, encore aujourd’hui, continue son travail par l’intermédiaire de collaborations. Réduire son œuvre aux épaules démesurées et aux tailles enserrées de ses silhouettes féminines ? Grave erreur selon le commissaire d’exposition puisque cette ligne ne représente que 5% des tenues présentées. Lorsque l’on interviewa M. Mugler concernant ses sources d’inspiration, il nous répondit : « Chaque personne est unique. Les femmes belles, joyeuses, qui sont elles-mêmes sont celles qui me fascinent. A mes yeux, la beauté est le meilleur passeport, c’est le lien le plus direct entre les rapports humains. ».

Photo par Jonas Akerlund

Mais Mugler comprit surtout qu’avec les célébrités vient la célébrité en elle-même. C’est pourquoi le créateur lance la tendance des guest stars sur ses podiums où se mêlent rapidement chanteuses et actrices hollywoodiennes. Rapidement, ce sont donc les stars de la scène, à l’image de Madonna ou de David Bowie, qui vont valoriser ses vêtements. Le second acte de l’exposition retrace ces collaborations tout en présentant le célèbre défilé spectacle ouvert au public qu’initia Mugler en 1984 pour la première fois en Occident. Puis, la section « Belle de jour & Belle de nuit » retrace le look « glamazone » imaginé par cet incroyable visionnaire dans les années 70, en pleine révolution hippie. Pouvoir de séduction va de pair avec réussite professionnelle pour ces femmes modernes, urbaines aux chapeaux démesurés, aux épaules extrapolées et aux cuissardes interminables. « L’élégance, c’est finalement la façon d’habiter son corps dans le geste » expliqua le créateur.

Mais ce qui caractérise le travail de Thierry Mugler est cette  fascination pour l’innovation et le règne animal. Le cinquième acte de l’exposition la collection imaginée en hommage aux Cadillac Eldorado : les femmes sont carrossées avec « Hiver Buick » en 1989. Mais son chef-d’œuvre demeure sa Maschinenmensch en 1995 pour les 20 ans de la maison. Avec cette tenue, l’ensemble du corps est robotisé. Mugler est donc à l’origine d’un vent d’innovation sur la mode qui sera complété par un second souffle donné à la Haute Couture en 1997-1998 avec « Les Insectes » et « La Chimère ». Des milliers d’heures de travail furent nécessaires à la conception de ce bestiaire !

Cette rétrospective sur le travail de Thierry Mugler est donc l’occasion idéale de voir de plus près les créations emblématiques d’un couturier qui marquèrent indéniablement l’histoire de la mode et du spectacle, au sein d’une scénographie exceptionnelle. 

Crédits : Patrice Stable (image mise en avant), Thierry Mugler, Jonas Akerlund, Patrice Stable, Helmut Newton (de haut en bas).

Le Crooner Yellow Days
Les 20 ans du West-Eastern Divan Orchestra, avec Daniel Barenboim, Anne-Mutter et Yo-Yo Ma dans le triple concerto de Beethoven et la 9e de Bruckner à la Philharmonie de Paris
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *