Pop / Rock

Le Crooner Yellow Days

Le Crooner Yellow Days

21 octobre 2019 | PAR Pierre Poughon

Entre crooner pop et icône grandissante, Yellow Days proposait hier soir au Café de la Danse un avant-goût de son prochain album.

 Yellow Days c’est des sons plutôt chill, toujours heureux, en tout cas à première écoute, et travaillé a souhait. Yellow Days c’est le projet de George Von Den Broek, jeune anglais de pas encore 20 ans. Malgré ce jeune âge, il est sur le devant de la scène européenne. Ayant imposé une voix éraillée, comme coupée au couteau, et un style pop diluée parfois dans de la soul, de la funk, ou du blues, le jeune homme s’est fait connaître déjà 2 ans auparavant. Quelques titres, un EP, et l’internet en a fait un des gamins les plus cools du moment. Sa coiffure improbable, son style dénote quant à la profondeur de ses chansons. Toutes travaillées, touchant rapidement le cœur et laissant un goût apaisant et reposant, ces dernières sont de pures merveilles. Parallèlement, son style, pas forcément le plus rock du monde, met en exergue une voix pourtant éraillée, limite rauque normalement réservée à des crooners ayant de la bouteille. Mais non, ce jeune de 20 ans étonne tant ce style, si particulier, regorge de surprises.

Au Café de la Danse, hier soir, c’était le temps de voir ce que Yellow Days donnait en live. La salle, pleine, n’attendant que son roi, trépigne d’impatience. Enfin, le voici arrivé, entouré de ses trois compères. Un clavier, une basse et une batterie, lui-même prenant en charge la guitare en plus du chant. Assez rapidement, l’ambiance s’installe, le mood fonctionne, l’on croirait se retrouver pris dans un océan de calme et sérénité. Sa guitare, parlons-en, véritable signature chez lui, celle-ci ne l’a jamais quittée depuis ses débuts, tout comme cette manière si particulière d’en jouer, sans médiator, presque rien ne fait défaut. Ses trois musiciens, talentueux dans leur domaine respectif, sont en retrait, laissant le chant libre a notre chanteur, qui parfois abuse d’envolées lyriques ou de solos à rallonge dénotant un peu du reste du concert. Cependant, les voir en live reste une expérience excellente si tant est que l’on est un fan de notre ami Van Den Broek. Ils assurent, se surpassent pour un live assez intimiste, sans trop de fioriture.

Crédits photo : Cover de Yellow Days – How Can I Love You

« 5 est le numéro parfait » : Toni Servillo irrésistible en Daron de la mafia qui reprend du collier
« Thierry Mugler Couturissime » : une exposition spectaculaire !
Pierre Poughon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *