Mode
Olivier Theyskens se concentre sur l’héritage d’Azzaro Couture pour sa première collection

Olivier Theyskens se concentre sur l’héritage d’Azzaro Couture pour sa première collection

28 juillet 2020 | PAR Cloe Assire

C’est au cours des trois jours Haute Couture online qu’Olivier Theyskens a présenté sa première collection pour Azzaro Couture : un défi qui s’annonçait dur à surmonter dans le contexte de la crise sanitaire… Mais c’est sans compter les nombreuses ressources, pleines de surprises, du designer belge maintenant âgé de 43 ans. Retour sur un court-métrage hypnotisant, porté par la musicienne Sylvie Kreusch, qui ne pouvait pas laisser l’audience indifférente. 

Teint blafard. Visage émacié. Regard captivant. Silhouette longiligne. Et une chevelure….Mon Dieu quelle chevelure ! Un rouge passion, celui de l’amour pour le portrait d’une femme au désir incandescent évoluant sous nos yeux en une hallucination fébrile et glamour. Dans sa musique « Seedy Tricks », la chanteuse belge Sylvie Kreusch a soif d’amour et fait véritablement office de muse pour Olivier Theyskens. Difficile en effet de ne pas être charmé par sa gestuelle et son attitude s’harmonisant avec les vêtements sophistiqués conçus par le designer pour cette collection, valorisés par les regards d’Alessandro Cangelli et Lukas Dhont. Une équipe jeune, prometteuse, pour un résultat aussi libre qu’inattendu en pleine esthétique eighties !

Dentelle, crêpe noire, lurex, cristaux : l’ensemble est glamour, certes, mais il n’entrave pourtant pas la liberté de mouvement de la protagoniste du film. Comme il l’expliquera après la présentation de sa collection à Jessica Michault, la couture a pour but, selon Olivier Theyskens, de rendre la femme sublime et la réalité tangible. Sa vision de la Haute Couture prend ici tout son sens en s’intéressant avant tout au ressenti de la femme qui porte les vêtements, à la façon dont elle va interagir avec, les magnifier par son bonheur de ne faire qu’un avec des pièces conçues spécialement pour elle. Point intéressant : des vêtements de la collection Homme furent également utilisés, entrant ainsi en écho avec l’allure ambivalente et androgyne de Sylvie Kreush, ce qui est encore anti-conformiste pour un milieu ancré dans de nombreuses traditions. Dans le contexte sanitaire, son but fut en effet de se concentrer sur l’héritage de la maison, ses éléments iconiques, pour aboutir à une collection intemporelle et non pas pour créer une tendance. Il devient alors essentiel de rappeler que les chanteurs et célébrités ont joué un rôle crucial dans l’histoire de la maison. Les références principales de Theyskens ne seraient autres que Tina Turner et Romy Schneider.

Ici, il n’est donc pas question de valoriser un savoir-faire comme le firent beaucoup mais bien un état d’esprit, une façon d’être. Loris Azzaro a toujours été connu pour son esprit non conventionnel ce qui ne put laisser Olivier indifférent.

Crédits : photographies fournies par le service de presse de Loris Azzaro

 

La mode endeuillée : Kansai Yamamoto nous a quittés…
Céline Condorelli explore les collections des Frac du Grand Est à Metz
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *