Expos
Lecoanet Hemant, les voyageurs de la haute couture

Lecoanet Hemant, les voyageurs de la haute couture

22 juin 2022 | PAR Laetitia Larralde

La Cité de la dentelle et de la mode de Calais nous à un voyage raffiné en Inde avec le duo de créateurs de mode Lecoanet Hemant.

Pour découvrir l’art de la dentelle de Calais, direction la Cité de la mode et de la dentelle, à Calais. Située dans une ancienne usine collective de dentelle du XIXème siècle, dont les premières machines fonctionnaient à la vapeur, la Cité a été réhabilitée par les architectes Moatti & Rivière et a ouvert en 2009. Ici, le savoir-faire de la dentelle de Calais-Caudry, fabriquée sur des métiers Leavers uniquement par les maîtres dentelliers de Calais et de Caudry, est préservé et transmis aux nouvelles générations. La production des deux villes du Nord-Pas de Calais est exclusivement destinée à la mode, tant en lingerie/corseterie que pour le prêt-à-porter de luxe ou la haute couture.

Aux côtés des collections historiques de la Cité orientées sur la façon de porter la dentelle au travers des siècles, le duo Lecoanet Hemant vient prendre place, eux-mêmes ayant beaucoup travaillé la dentelle. Leur parcours est singulier : après avoir créé pour la haute couture dans leur atelier parisien pendant 20 ans, ils se sont relocalisés en 2000 à New Dehli pour inventer une façon de voir la mode qui n’appartient qu’à eux. Aujourd’hui, Lecoanet Hemant conçoit et fabrique entièrement en Inde à destination du marché indien pour leur marque de « prêt-à-couture » Genes, ainsi que des modèles orientés haute couture pour des personnalités indiennes.

Cette première exposition monographique de la maison Lecoanet Hemant, infatigables globe-trotters, les ramène en France, où la maison est née en 1981. Le parcours proposé est celui d’un voyage entre l’Orient et l’Occident, pour ceux que l’on appelle les orientalistes de la mode en France, et les parisiens de la mode indienne. Dans une scénographie à l’identité affirmée qui tient autant du wagon de l’orient express, de la vitrine de mode que de l’affiche de cinéma rétro, nous sommes transportés dans un ailleurs exotique et fantasmagorique. Accompagnés de la playlist composée par le duo, nous nous engageons sur la route des sens.

Une des particularités de la maison Lecoanet Hemant mise en avant ici est la recherche constante de nouveaux matériaux. Aux matières les plus précieuses se marient des matériaux communs comme pour leur veste brodée de pommes de pin et de brindilles, ou le haut de leur robe composé d’un tissage de grosses perles de verre et d’éléments glanés dans la nature. Les matières plus classiques de la mode sont travaillées de façon inhabituelle, détissées, superposées ou découpées, parfois cachées sous les plissés du modèle. De plus, ils mettent à l’épreuve les matières les plus diverses, comme la fibre la fibre d’ananas pour une veste corsetée.

S’ils utilisaient de la fourrure ou des cuirs, ils ont évolué vers une conception écologique et éthique de la mode depuis les années 1990. Aujourd‘hui, ils poussent leurs recherches dans cette direction avec leur ligne Ayurganic, des vêtements biologiques infusés de préparations ayurvédiques curatives autrefois réservées aux familles royales. Depuis quelques années, ils étudient la possibilité de travailler avec la ramie, une plante qui pousse en abondance dans la région du Darjeeling et qui pourrait être le point de départ d’une production zéro carbone. Dans ce cadre, les créateurs nous présentent les résultats du travail de plusieurs créateurs de mode indiens avec cette fibre prometteuse.

L’autre point remarquable de Lecoanet Hemant est leur travail avec les artisans du monde entier, dans une recherche d’excellence et d’unicité. Là on trouve un brocart tissé par le maître Tatsumura, Trésor national vivant au Japon, ici une broderie d’Aubusson, un velours imprimé par une artiste italienne ou encore un tissu dont le motif est entièrement peint à la main dans le style des peintures chinoises. En Inde, ils cherchent à introduire leur créativité européenne dans l’artisanat traditionnel indien, encore très figé par les traditions et la religion. Tout cela participe de l’importance qu’ils accordent aux détails, allant jusqu’à broder de dentelle l’intérieur d’un manteau ou à utiliser des plumes de paon comme trame au tissage d’une veste.

Lecoanet Hemant nous offre un voyage haute couture entre la France et l’Inde, où chaque détail, qu’il faut savoir regarder, cache un trésor de finesse et de savoir-faire. Et peut-être un jour la maison reproposera ses pièces en France.

Lecoanet Hemant – Les orientalistes de la haute couture
Du 18 juin au 31 décembre 2022
Cité de la dentelle et de la mode – Calais

Visuels : 1- Affiche de l’exposition / 2- Lecoanet Hemant, Robe du soir, collection Haute Couture printemps-été 2000, photo Dhruv Kakoti / 3- Lecoanet Hemant, Veste asymétrique, collection Haute Couture printemps-été 1994, photo Dhruv Kakoti / 4- Lecoanet Hemant, Collection Ayurganic, 2019, photo Dhruv Kakoti / 5- Lecoanet Hemant, Robe du soir, collection Haute Couture 1998, photo Dhruv Kakoti

« Blackwater », la saga de McDowell auréolée par le prix Babelio
Le Rock en Seine, c’est dans 2 mois !
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture