Mode
La sélection du mardi : access estivaux et petits grigris majestueux

La sélection du mardi : access estivaux et petits grigris majestueux

04 juin 2013 | PAR Mariska Konkoly

selection accessoireLe soleil tardant et les rayons se couchant sous le nuage pluvieux, l’épiphanie d‘un été lointain semble se profiler à l’orée des tendances. Comme un appel, lançons alors une sélection au colorama intense, aux apparats de lumière sans méandre ni complication qui dessineraient sur nos grises mines des joues roses et enjouées. L’évidence semble s’oublier derrière les chapeaux, les souliers découverts et les bracelets claudiquant, pas de bling mais un éblouissement au jus des accessoires du printemps !

De blé et de paille.

S’enfilent sous la majuscule bucolique, les perles d’un été dans les champs, le coquelicot chante et le tournesol vacille. Ils prêtent leur douce rumeur au chapeau canotier, petit élu du style estival qu’il faudra arborer en manifeste des années 30, ruban de tissu coloré au bras. La forme est majeure, le porté iconique et les élans vintage vont de pair avec la jolie oisiveté, qui, cheveux aux vents habille les têtes alors coiffées. La capeline s’aborde aussi avec facilité, songe intemporel qui cache un secret. La chaussure s’inspire aussi, la bride est volante et détourne les chevilles, elle s’accumule de tresses sans épis sur les compensées qui s’élèvent en champs de blé. Chez Paloma Barcelo, c’est la plage qui chante le bruit des vagues aux pieds, chez Charlotte Olympia c’est le bambou qui se parade en imprimé majeur. Un vent de désinvolture et d’élégance semble flotter au son de la douce « seventies aera »  qui offre aux gambettes festives les notes de la belle allure.

Plastique épique.

Pour les plus audacieux, l’heure sonnante de la visière est venue (oui !). Cette casquette que l’on avait vite oublié et qui s’amuse de raquette, s’accorde avec la transparente tendance plagiste et toujours chic qui rejoint les affres du minimalisme. Le plastique s’allie alors sans prétention avec le fluo style et ne nous oblige pas du port de la banane (sauf si celle-ci est avec imprimé ethnique ou simplement cloutée !). La transparence n’est plus cette pochette pour produits de bain en cabine, mais elle se fait lumineuse et innovante sous des coupes incandescentes et encadrées deci-delà de matière contradictoires et charmantes.  & Other-stories s’en amuse en scanner épure et Charlotte Olympia fait le choix de cacher sous le verre, ses petits secrets. La métamorphose en plexi se détourne en clutch (comprenez pochette) pour les petits précis précieux qui se transportent avec une discrétion joliment détournée.


other storiesFeu follet.

Au poignet, comme un enchantement qui crépite, le friendship ne voyage jamais seul, il est le compagnon de l’accumulation outrancière et esthétique, il s’accorde avec d’autres sans barrière. Il se pare de pompons et de colorants, devient fétiche et  ne se quitte plus jamais. Sous les étoiles de la tresse, des perles éblouies et des grigris symboliques posés ainsi comme les talismans du style ! La suite des évènements se nomme Hipanéma, qui réunit les inspirations brésiliennes et les lumières de l’accessoire en une seule pièce. Chez les peintres de la couleur estampillée, c’est Mo by Monica qui tisse les files des bracelets accumulés comme les maillons de l’été.

Visuel (c) : DR

Légendes : Chapeau de paille, Oysho. Sandale en toile et sergé de soie à imprimé Bambou, Charlotte Olympia. Sandale compensée en daim, Paloma Barcelo. Pochette en Perspex Pandora, Charlotte Olympia. Pochette en polyuréthane, & Other Stories. Bracelet Oceandrive, Mo by Monica. Manchette Amazonas, Hipanema.

Jean-François Lemoine écoute les aventures d’un ex-gros (ou presque)
Du 7 au 9 juin, la comédie du livre de Montpellier met en avant les littératures du Maghreb
Mariska Konkoly

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *