Mode
La mode tue l’envie

La mode tue l’envie

11 juillet 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Les tue-l‘amour, quelle aubaine. Ce sont ces petites choses qui rebutent, pouvant détruire un couple. On peut constater que la mode, la façon de s’habiller, le paraître, peuvent en faire fuir plus d’un. Mesdames soyez prévenues, voilà ce que le mâle n’apprécie pas du tout.

A l’évidence, chaque personne ressent le dégoût, ou voit son envie coupée de façon unique. La liste de toutes ces choses que nous détestons n’est que générale. Lorsque l’on aime une personne, ce n’est pas trois poils qui se battent en duel sur un mollet qui vont nous faire battre en retraite, évidemment, les gens ne sont pas superficiels à ce point…

Cela dit, la mode est déterminante pour l’attrait envers une femme que l’on ne connaît pas. Elle peut être sublime en tout point de vue, mais si celle-ci se balade en jogging, avec de grosses sneakers, petit débardeur (blanc, noir ou autre) sous un gilet assorti au bas, et en plus maquillée comme une cagole (teint orange, fond de teint bien évident, gloss rouge flashy et fard à paupières très sombres) là et seulement là c’est radical  Bye.

cagoles

Il en va évidemment de même pour les minijupes ras la …, avec un décolleté vertigineux et des talons aiguilles ou très hauts, radical aussi. Bye. Sensualité et classe, pas vulgarité façon pouf.
C’est le mystère qu’il faut entretenir, laisser place à l’imagination débordante de l’homme plutôt que de tout dévoiler brutalement. Attention toutefois, car les styles évoqués précédemment plairont très bien à ceux manquant de subtilité et de goût, appréciant la superficialité de cette provocation. Est-ce toutefois le bon poisson à pêcher ?

En sortant des clichés maintenant, la mode semi-garçon, androgyne, avec le crâne partiellement rasé d’un côté, n’est pas attrayante du tout. On prône de plus en plus une mode unisexe, les marques n’en sont que les instigateurs, à l’image de The Kooples qui se veut androgyne. Une mode qui rend hommes et femmes semblables, plus communément appelée HIPSTER. C’est bien un fléau qui touche désormais toute la population mondiale, faisant s’éclipser toute féminité chez une femme.

rihanna

C’est cette mode Swag, pull, bonnet, petites Vans, le tout saupoudré de quelques bijoux, qui définit la mode du hipster, par définition LE réel tue-l’ amour. Rien n’est féminin ni attirant dans tout ça.

Cela dit, dans nos sociétés d’aujourd’hui, on donne tout, on offre tout, les femmes sont nues dans les clips et les magazines. Le porno est accessible pour tous. La mode de Tinder, qui si on y va pas par quatre chemins nous conduit vers un « tu baises ? », plus subtil tu meurs.

Cette nudité en libre-service ne doit pas être utilisée comme moyen de revendiquer sa féminité, voulant tuer toute forme de machisme, bien au contraire c’est cet extrême, cette facilité qui est le symbole d’une société malade. C’est la découverte, le mystère d’une femme qui est coupé. Rien de plus sensuel et sexy qu’une femme à col roulé et cagoulée…

© Visuels : Creative Comments Wikipedia et Capture d’écran Youtube

Henry Miller et Anaïs Nin : la création par-delà la blessure brûlante du sexe
Musée Galliera – Les années 50 (la mode en France 1947-1957) – Une décennie pour faire rêver la mode
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *