Mode
La Haute Couture trouve un nouveau souffle

La Haute Couture trouve un nouveau souffle

25 janvier 2014 | PAR Audrey Altimare

Du 19 au 24 janvier s’est déroulée, à Paris, la Fashion Week Haute Couture Printemps Eté 2014. Très attendue pour ses nouveaux arrivants et ses grands retours. Cependant l’image qui lui est réservée n’étant pas des plus flatteuses, les maisons françaises ont fait un pari risqué, la modernité.

 

Les grandes maisons françaises n’ont pas déçu ! De par leurs créations s’ouvre une nouvelle ère en matière de haute couture. Ainsi, les défilés Chanel et Dior ont suivi la même tendance. Celle de la légèreté, de la simplicité des couleurs et des modèles, face à une complexification des techniques. La haute couture se veut, d’après ces établissements, plus jeune, dépoussiérée de sa trop longue réputation d’une mode guindée, réservée à une clientèle de vieilles habituées. Ont donc été proposées des baskets haute couture aux finitions brodées, portées sur des silhouettes libres, fraîches, se moquant presque de l’ordre établi. Cependant, même si l’interprétation de la haute couture par ces deux maisons, portée par leur directeur artistique Karl Lagerfeld et Raf Simons, a retrouvé un nouveau souffle, les métiers du textile ont été intelligemment mis à l’honneur. Toutes les robes sont ornées de broderies, voire de plumes chez Chanel. Sur la note réservée aux invités du défilé Dior était précisé que même si le défilé pouvait paraître simple, il était l’un des plus complexes réalisés par la maison.

Cette saison a également été marquée par deux grands retours. La maison Schiaparelli, qui n’avait pas défilé depuis 1954, a proposé Place Vendôme, 19 modèles remplis de fantaisie et d’excentricité. Les clins d’œil à la fondatrice de l’établissement, Elsa Schiaparelli, étaient nombreux. Tout d’abord dans les coiffes, se retrouve un des fondamentaux de la marque, se multiplient les chapeaux pointus, les plumes, les cheveux bleus… Mais cette envie de rendre hommage tout en façonnant du neuf se ressent aussi dans les robes. Ainsi le modèle « le ciel étoilé », reprend le rose shoking, héritage d’Elsa Schiaparelli au monde de la mode, sous forme d’étoile sur fond bleu roi. Le directeur artistique, Marco Zanini, a pour cette collection redonné ses lettres d’or à l’établissement, dans le choix des artisans qu’il a mobilisés. Les broderies ayant été réalisées par la maison Lesage, qui travaillait déjà pour Schiap’ à ses débuts. Cette semaine a aussi vu le retour du styliste britannique d’origine chypriote turque, Hussein Chalayon, pour Vionnet. La maison créée en 1912, par Madeleine Vionnet, considérée comme l’une des plus grandes couturières françaises, a cette saison proposée une collection « demi couture ». Un travail où est mixé « l’artisanat traditionnel de la haute couture traditionnelle avec l’accessibilité du prêt-à-porter ». Les robes du soir aux couleurs pastels et aux couches de tissus superposées, sont portées très près du corps, visant probablement un public relativement jeune.

 Ce nouveau souffle, est le mieux mis en valeur par Bouchra Jarrar, entrée dans le calendrier haute couture en 2013. La marque ayant été créée en 2010 après que la directrice artistique soit passée par les ateliers de Balenciaga et Christian Lacroix. Dans cette collection prédominée par le noir, seulement trois robes sont proposées. Les autres silhouettes ne portant que des pantalons au style très varié, accompagnés de vestes brodées.

 De plus en plus conscientes de l’image que peut avoir la haute couture, les maisons françaises se sont, cette année, passées le mot afin de donner un coup de pied dans la fourmilière. Même si l’artisanat reste la clef de voûte de ces collections, les codes sautent peu à peu, permettant à Paris de rajeunir et de s’ancrer dans l’air du temps.

Visuels: DIDIT HEDIPRASETYO

Playlist de la semaine (51)
Gagnez 5 exemplaires du roman « Elle a disparu » de Gwendolen Gross
Audrey Altimare

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *