Mode
Défilé – Patuna – Couture printemps-été 2019

Défilé – Patuna – Couture printemps-été 2019

22 janvier 2019 | PAR La Rédaction

La maison Patuna a présenté sa nouvelle collection printemps-été 2019 lors du défilé couture à l’hôtel Intercontinental Paris, dans le luxueux Grand Opéra Ballroom le lundi 21 janvier. Intitulée « Obsession éthérique », cet ensemble de robes épousent les courbes du corps féminin, magnifié, avec extravagance. Une collection aux envolées de matières-satellites autour d’un corps de femme astrale, fatale, et toujours battante.

Par Cloé Assire.

« Sans l’éther, non seulement la lumière ne se propagerait pas, mais les normes de l’espace et du temps ne pourraient absolument pas exister » Albert Einstein

Avec cette citation, Einstein affirma que l’éther était nécessaire à l’existence des lois physiques. Au début du XXème siècle, certains des esprits scientifiques les plus respectés utilisaient encore l’ancienne terminologie pour désigner l’essence qui remplit l’espace vide. Ils concevaient l’éther comme une substance réelle ayant une consistance se situant quelque part entre la matière physique et l’énergie pure. Ils en déduisaient que c’était grâce à l’éther que les ondes lumineuses pouvaient se déplacer d’un point à un autre dans ce qui paraissait un espace vide. Et nous savons à quel point la lumière est primordiale dans les créations de Patuna où cette fois l’éther entoure le corps physique comme un écrin, généralement considéré comme faisant partie de celui-ci, et disparaissant après la mort.

Le corps de la femme semble donc ici envahi par l’éther, comme une enveloppe protectrice, symbolisé par ces arabesques de tissus qui se meuvent au rythme de la démarche, suivant chacun des mouvements du domaine physique, l’être comme la robe. Les tissus irisés captent cette lumière éblouissante des défilés et toutes ces volutes matérialisent cette idée d’un éther qui propagerait les ondes lumineuses pour le plus grand plaisir des yeux. Une « obsession éthérique » qui pourrait donc être appréciée comme une obsession lumineuse qui remplit l’espace vide en se propageant sur les parties nues du corps laissées visibles avec sensualité. Patuna nous présente des femmes sensuelles, aux pommettes accentuées et aux yeux maquillés de blanc que la lumière rend surnaturels.

Cette collection « Obesession éthérique » constitue donc la suite logique du processus de création établi par Patuna qui sublime ici l’essence du corps de la femme par la matérialisation de l’essence qui remplirait l’espace vide, à savoir l’éther, plaçant la sensualité mêlée à l’extravagance en pleine lumière.

visuels : [email protected]

Défilé – Maria Aristidou – Couture printemps-été 2019
Bergman face au doute et à l’ennui
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *