Actu

Armine Ohanyan fige l’éphémère

Armine Ohanyan fige l’éphémère

12 juillet 2019 | PAR Cloe Assire

Pour sa collection couture automne-hiver 2019/2020, Armine Ohanyan est résolument moderne. Intitulée « L E T F L Y », cette présentation cherche à capter le mouvement de notre monde en constante évolution. Les mots d’ordre ? Changement, progression, développement. En résumé, une collection tout sauf statique dont l’apparente fragilité témoigne de l’instantanéité de notre présent. Ce dernier évoluant tellement vite, le but fut ici d’arrêter le temps, pour respirer et, lentement, s’envoler…

Installée rue de Turenne depuis le mois de mars dans une nouvelle boutique alliant matériaux naturels et innovants, la Maison Armine Ohanyan réitère cette idée au travers de cette collection. La Nature, celle de notre Belle Bleue, est bel et bien au cœur du propos en étant considérée comme créatrice de matériaux authentiques, non ostentatoires, constituant pour l’esprit de la marque le comble du luxe.

Les tissus sont légers, fluides, en un mot : aériens. La femme apparaît rapidement sous un autre jour, celui d’une nouvelle créature terrestre, davantage reliée à son environnement. Certains plissés, conçus par la Maison du Pli de manière artisanale, renvoient notre imaginaire vers des écailles, comme une seconde peau, et par conséquent le monde sous-marin. Les traits de liner sont exacerbés, à tel point qu’ils deviennent des antennes se détachant des visages. Les imprimés sont psychédéliques et rappellent la structure des chrysalides tandis que les motifs des chaussures reprennent la forme des ailes de papillons. Certains tissus ont de nombreux reflets irisés, ce qui, associé à la transparence, fait certainement référence aux libellules et, cette fois, au monde aérien.

En effet, toutes les créatures terrestres possédant des ailes se déplacent, s’envolent, notamment les insectes, et vivent librement dans la Nature, associée ici à l’idée de perfection. De même, l’être humain a toujours aspiré pendant tout son développement à une profonde envie de pouvoir voler afin de découvrir l’inconnu. Il a ainsi créé de nombreux stratagèmes, l’avion étant un parfait exemple. Avec cette collection, c’est la femme qui devient le lieu de l’expérimentation, de l’innovation, de la réinterprétation du verbe « voler » en réunissant de nombreux contraires. Ambivalente, la féminité présentée par Armine Ohanyan s’appuie sur un important contraste opposant Nature et invention réalisée par l’Homme. Pour cela, les aspects volatil et métallique, naturel et mécanique de notre monde sont réunis. Plusieurs éléments illustrent cette opposition comme par exemple l’utilisation de matières naturelles (mousseline de soie, satin duchesse, coton, etc.) associée à la découpe laser pour la création d’exosquelette ce qui n’est pas sans rappeler certaines créations d’Iris Van Herpen.

Par ailleurs, pour dénoncer la pollution de l’air et du monde qui nous entoure, la créatrice réitère l’utilisation des plastiques recyclés en les convoquant dans une dimension beaucoup plus luxueuse, ce que l’on nomme plus couramment up-cycling. La maison Armine Ohanyan Paris collabore ici avec la maison Daumet, cette dernière alliant savoir-faire ancestraux et nouvelles technologies avec pour but de révolutionner le monde de l’or. Par exemple, le pastique est ici recouverte d’une couche d’or blanc recyclé. Ainsi, deux matériaux réutilisables se sont unis pour diffuser un message écologique.

Le rythme de ce défilé était particulièrement lent, surprenant au cours de cette Fashion Week. Le temps fut laissé à chacun d’admirer le travail réalisé, la création de cette femme du future sachant réunir l’innovation technologique de l’Homme tout en respectant les ressources naturelles et, plus généralement, la planète Terre, faisant ainsi écho à la démarche de la créatrice Adeline Ziliox. L’imaginaire nous donne des ailes. Volons ! Et laissons voler…

Avignon OFF 2019 : « Les dents du peigne », une aventure humaine, touchante et tellement familière…
Eric Garandeau, directeur du Pass Culture : « Le Pass Culture est aussi un formidable moyen de créer ces rencontres »
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *