Tendances

Les 10 incontournables de la semaine du 26 novembre

Les 10 incontournables de la semaine du 26 novembre

26 novembre 2012 | PAR Bastien Stisi

La subversion théâtrale de Jan Fabre, la pop baroque de Florence and the Machine, les rires ironiques de Yue Minjun ou les gestuelles singulières de Martin Schläpfer, le programme de la semaine est aussi vaste et pluriel que les thématiques proposées par Salvador Dali et par l’exposition rétrospective qui lui est consacrée en ce moment à Beaubourg. Et ce n’est pas peu dire.

Le metteur en scène belge Jan Fabre, tout juste sorti de la tempête médiatique qui a accueilli sa dernière performance sur le parvis de la mairie d’Anvers, sera de nouveau au centre de l’actualité culturelle cette semaine. Du 23 au 25 novembre, le T2G de Gennevilliers présente en effet Drugs kept me alive, pièce monologuée en version originale d’une heure surtitrée en français, qui narre la résurrection d’un survivant ayant échappé à l’emprise de la drogue…Ce soir, Isabelle Huppert lira également quelques textes de l’auteur, toujours au théâtre de Gennevilliers. T2G – 41, avenue des Gresillons, 92230 Gennevilliers – Métro Gabriel Péri.

Ce lundi 26 novembre, le boulevard de Rochechouart et la Cigale accueillent au sein de leur prestigieuse enceinte la clarinette virevoltante du new yorkais David Krakauer, spécialiste émérite de musique klezmer. Associée pour l’occasion à la musique électronique klezmer d’ Anakronic Electro Orkestra, la fusion s’annonce bouillante et surréaliste. Un show baroque et transcendant, escale fondamentale du festival Jazz’n’klezmer, qui se termine ce mardi 27 novembre. La Cigale – 120, boulevard de Rochechouart, 75018 Paris – Métro Anvers.

Le 28 novembre, la Favela Chic reçoit l’un des évènements les plus emblématiques de la culture thaïlandaise : le Festival des Lumières Loy Krathong ! Fête traditionnelle incontournable, le festival est célébré dans tous les pays afin de fêter la fin de la saison des pluies et de rendre hommage à la déesse des eaux. En plus des indémodables massages thaïlandais, la Favela Chic verra la venue exceptionnelle de l’artiste culinaire Oth Sombath, considéré comme le meilleur chef thaï du monde. Pour déconnecter et se dépayser le temps de quelques heures sans passer le périphérique, vous savez désormais vers quelle destination vous devez vous orienter…Favela Chic – 18, rue du faubourg du Temple, 75011 Paris – Métro République. A 20H30.

Du 23 novembre au 2 décembre 2012, le français Stéphane Vérité s’essaye à la mise en scène des Enfants Terribles de Jean Cocteau, roman publié pour la première fois en 1929. Sur les planches du théâtre de l’Athénée, le public parisien est invité à découvrir et à redécouvrir le destin de Paul et d’Élisabeth et Paul, icônes romanesques cultes de l’oeuvre de leur génial géniteur…Athénée – 24, rue de Caumartin, 75009 Paris – Métro Havre-Caumartin.

Le théâtre de la Ville, pour sa part, présente à partir du mercredi 28 novembre et jusqu’au 5 décembre 2012 le Ballet Am Rhein du prodige néo-classique allemand Martin Schläpfer, que d’aucuns considèrent comme le digne héritier d’un George Balanchine ou d’un Hans van Manen.

A la fondation Cartier, on se tape sur les cuisses et on se chauffe la cervelle devant le travail de l’artiste chinois Yue Minjun, vecteur d’une oeuvre iconographique tout en couleur mettant en scène des personnages pris d’un fou rire énigmatique et interrogateur. Vision désabusée d’une Chine contemporaine castratrice, l’exposition Yue Minjun – L’ombre du fou rire projette son ironie contestataire jusqu’au 17 mars 2013. Fondation Cartier pour l’art contemporain – 261, boulevard Raspail, 75014 Paris – Métro Raspail.

Cette dernière semaine de novembre voit également la sortie en salles du très attendu Rebelle de Kim Nguyen, fable dramatique et poétique sur les conflits géopolitiques de l’Afrique subsaharienne du XXIe siècle. A partir de mercredi, le public est invité à découvrir cette production canadienne, qui a notamment été récompensée à Berlin. Rachel Mwanza, l’actrice centrale du film, est en effet repartie avec l’Ours d’Argent de la Meilleure Actrice.

Des débuts en fanfare, des retours critiques dithyrambiques, l’exposition Dali est l’évidence culturelle absolue de cette fin d’année. Rapidement, vous devriez passer pour un inculte néandertalien auprès de votre cercle d’amis si vous n’avez pas votre mot à dire sur la fabuleuse rétrospective thématique proposée dans l’enceinte nichée du centre Pompidou. Et puis, si vous avez parfois des relents d’agoraphobie, d’autres manifestations relatives au génie aux moustaches frisées ont lieu dans le sillon de la grandiloquente expo de Beaubourg…Centre Georges Pompidou. Place Georges Pompidou, 75004 Paris – Métro Rambuteau.

Vérifiez bien : il vous reste peut-être quelques RTT à utiliser avant la fin de l’année civile. Si vous vous retrouvez dans ce cas, il serait judicieux de poser votre matinée du mercredi 28 novembre afin de vous précipiter rue de Sévigné où aura lieu, dans une ambiance délibérément rétro, une vente presse des collections Tara Jarmon (on parle de réduction de 70%…). Petites robes chics, robes de bal et autres petits gilets tomberont entre les mains chanceuses des plus audacieuses et des plus téméraires d’entre vous. Les portes ouvrent à 10 heures. Il serait toutefois plus prudent d’y arriver vers 8 heures, ou d’utiliser la tente Queschua que vous avez achetée l’année dernière et que vous n’avez pas encore eu l’occasion d’utiliser jusqu’à ce jour…46, rue de Sévigné, 75003 Paris – Métro Saint-Paul.

Enfin, ce mardi 27 novembre, la londonienne Florence and the Machine viendra projeter sa voix rayonnante et baroque dans les larges travées du Zénith parisien. L’irrégulier Ceremonials, le second album de la chanteuse, paraît en effet calibré pour le très grand espace, davantage encore que son premier album personnel Lungs, succès critique et populaire phénoménal de l’année 2009. Le Zénith – 211, avenue Jean Jaurès, 75019 Paris – Métro Porte de la Villette.

Visuels (c) : affiches des pièces, des expositions ou des concerts.

Artcurial, cambriolée ce week-end
Matt Damon et Gus Van Sant signent un film éco-engagé
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *