Le Buzz

Super-Bowl, Tim Tebow et Pro-Life pour un cocktail explosif

09 février 2010 | PAR Ariane Lecointre

L’événement sportif le plus attendu aux États-Unis, le jeune espoir du football américain, une publicité anti-avortement… Il n’en fallait pas plus pour que l’opinion publique s’insurge outre-Atlantique, où le débat fait rage. La liberté de faire ses propres choix s’oppose à la liberté d’expression.

L’affaire part d’une publicité qui fait scandale, tant par son sujet que pour ses acteurs et l’usage qui en est fait. Une certaine Pam Tebow arbore fièrement la photo d’un bébé, et annonce qu’il ne serait jamais né si elle avait suivi les conseils des médecins philippins qui lui disaient d’avorter. Or il se trouve que le bébé en question est aujourd’hui le célèbre footballeur américain Tim Tebow, gagnant en 2007 du fameux trophée Heisman du meilleur footballeur universitaire.
Cette publicité était diffusée le dimanche 7 février à l’occasion du Super-Bowl, la grande finale de la Ligue de Football américain (NFL) opposant les Saints de La Nouvelle-Orléans aux Colts d’Indianapolis.
Le spot « Célébrer la famille, célébrer la vie », financé par le groupe religieux Focus on the Family est aujourd’hui vilipendé par de nombreuses associations pro-choice. La diffusion de la publicité a coûté au groupe la modeste somme de 2,8 millions $ (2 millions €), une poignée de secondes qui valent de l’or … et quelques problèmes.
Dans une lettre envoyée à CBS, les groupes pro-choice, Women’s Media Center en tête, se sont insurgés : « Cette publicité se sert d’un cas particulier pour dicter subtilement leur conduite aux Américains et encourage les femmes à ignorer les conseils de leur médecin, au risque de mettre leur vie en danger ».
La polémique n’a cessé d’enfler aux États-Unis, ravivée par une dernière révélation. Selon l’avocate Gloria Allred, les Philippines punissaient l’avortement, à cette époque (1987),  de 6 ans d’emprisonnement. Il semble donc impossible que les médecins aient conseillé à Pam Tebow d’avorter. Le soupçon de mensonge plane donc sur la maman du héros sportif. Gloria Allred, qui avait écrit à CBS, compte porter plainte contre la Federal Trade Commission (qui protège les consommateurs) et contre la Federal Communications Commission (qui régule les diffusions audio-visuelles).
Tim Tebow quant à lui n’a jamais caché sa foi. Ce fils de pasteur avait inscrit sous ses yeux une référence à l’évangéliste Marc lors d’un match en Californie, le 12 septembre 2009. Le verset cité dit : « Quel avantage l’homme a-t-il à gagner le monde entier, s’il le paie de sa vie ? »
Prise de partie des journalistes enfin, comme l’éditorialiste du New York Times qui explique que la décision de ne pas avorter relève aussi de la logique pro-choice. La censure du spot publicitaire passait donc outre la liberté d’expression.

Festival de Berlin 2010, le cinéma au-delà des frontières
Bizern le 15 février à la Maroquinerie
Ariane Lecointre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *