Le Buzz
Jeanne Cherhal prie pour ses soeurs cagoulées de rose

Jeanne Cherhal prie pour ses soeurs cagoulées de rose

30 août 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

«Ô mes soeurs cagoulées de rose/Moscovite si tu l’oses/Cette prière-là est pour vous/vos colères et vos dégoûts/Pour vos poèmes au vitriol/Vos cris de chatte et vos danses folles/Entre nous, bravo et merci, tant qu’il y aura des pussy »

C’est ainsi que la prière de Jeanne Cherhal pour le groupe punk emprisonné par le regime Poutine pour avoir osé chanté une chanson déplaisante au dictateur.

Il y maintenant cinq mois, trois des chanteuses du groupe punk Pussy Riot ont été jétées en prison pour « hooliganisme ». Leur prière anti Poutine chantée dans la Cathédrale du Christ Saint Sauveur à Moscou aurait pu les voir retenues derrière les barreaux pour sept ans.. La « clémence » du juge réside dans une humanité soudaine vis à vis des jeunes femmes aux casiers vierges et pour deux d’entre elles, mères de jeunes enfants. Elles écopent de deux ans de camp.

L’affaire provoque la vaine fureur internationale. Tel un pavé dans la mare, mais qui a au moins le mérite d’exister, Jeanne Cherhal use l’arme qu’elle possède, son texte et sa voix. Cela ne sert à rien ? La Russie ne cédera pas à ce genre d’actions là. Mais, comme le raconte Peter Brook en rapportant les dires d’une spectatrice de sa pièce US au sujet de  la guerre du Viêtnam : il est possible d’agir. Dans le cas du metteur en scène, il avait joué d’illusion en faisant croire que le papillon de papier que son comédien s’apprêtait à brûler était réel. Cela a sucité assez d’effroi pour que dans le public certains sortent de leur passivité.

 

 


Les Enfants du Paradis, une histoire de résistance
Le lien : Amada Sthers crée une tension qui va jusqu’au mythe
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Jeanne Cherhal prie pour ses soeurs cagoulées de rose”

Commentaire(s)

  • Un premier poème hommage aux Pussy Riot, et merci à Jeanne pour sa prière:

    Bleu pollen acéré.
    D’après « Paysans au travail » (1910/11)
    De Natalia Gontcharova.
    Aux « Pussy Riot ».

    Ainsi que trois notes bleues
    Qui font retentir leur corps
    Et leur âme en des accords
    Crus et nus brisant les queues

    Iconiques et les lieues
    De Potemkine aux décors
    Asservis, quand les Igors
    Ivres prient, fortes fleurs feues

    Qui brûlent la taïga
    De fer, porteuses sans trêve
    Du blé, du lait et du rêve,

    Elles font éclore Olga
    Déprise de la routine
    Et des yeux de Raspoutine.

    Arthur AuréliAn.

    août 31, 2012 at 21 h 52 min
  • Un second poème hommage aux Pussy Riot russes et de tout le monde, dont Jeanne: un mec qui voit que les femmes ont un sacré courage!

    Eclats.
    (Emeutes aux miroirs)
    Aux « Pussy Riot ».

    Brisant mirs et miroirs,
    Où se mirent des âmes
    Mortes dans les tiroirs,
    Des voix, face aux creux brames

    Qui couronnent des soirs
    De statue, ont des trames
    Ouvert les pourrissoirs,
    Où cent mille épigrammes

    Mouraient servilement :
    Elles soufflent la vie
    Vigoureuse et ravie

    Dans le déferlement
    Des éclats où tout vibre
    De la liberté libre !

    Arthur AuréliAn.

    août 31, 2012 at 21 h 53 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *