Tendances

Le Bon Marché accueille la Maison de thé de Charlotte Perriand

Le Bon Marché accueille la Maison de thé de Charlotte Perriand

25 avril 2011 | PAR Marie-Salome Peyronnel

En parallèle de l’exposition de photo de Charlotte Perriand du Petit Palais, et surtout, en ces tristes jours pour le Japon, le Bon Marché expose la Maison de Thé que la designer avait construite en 1993 dans le cadre d’un événement de l’UNESCO.

Le Bon Marché, qui organise l’exposition en collaboration avec Cassina, a tenu à ce que cet évènement soit un hommage à l’archipel. La verrière du deuxième étage du grand magasin a été investie par des rangées de bambous, un salon de thé japonais a été ouvert pour l’occasion proposant, outre les divers thés, des sushis, des sashimi et du saké. Dans cette atmosphère japonisante, trône la Maison de Thé.

Cette structure en bois de sapin qui semble flotter sur des galets gris est recouverte d’une corolle circulaire en mylar, un voile de polyester particulièrement isolant. Ce lieu hors du temps invite à rêver et se recueillir. La musique qui résonne sous la verrière dépayse complètement les femmes en virées shopping et les visiteurs attirés par l’événement.

Pour parfaire cette immersion dans la culture japonaise, des cérémonies de 30 minutes auront lieu les samedi 30 avril et 7 mai à 15h et à 16h. La cérémonie du thé est en effet un pilier de la culture japonaise. Sous l’influence chinoise, le thé fut importé au japon au VIIème siècle. Malgré une lente diffusion parmi la population, le thé devint l’élément central d’un art de vivre et un art d’être.

Émerveillée par son premier voyage au Japon en 1940, Charlotte Perriand y retourna à plusieurs reprises pour enseigner, travailler, créer et s’imprégner de la philosophie japonaise. Elle eut à cœur de respecter et défendre cette culture, quitte à se faire traiter de passéiste.Un film de 11 minutes est projeté derrière la Maison de Thé. Dans l’entretien réalisé par le Centre Pompidou en 1996, la designer parle de sa passion pour ce pays et nous éclaire sur la vision de l’espace des Japonais : flexible et léger. Ce qui, selon elle, est ce qui les projette dans la modernité.

Infos : La Maison de thé de Charlotte Perriand du 9 avril au 11 juin 2011, sous la verrière du 2ème étage du Bon Marché Rive Gauche

John Rabe le Juste de Nankin, un film malheureusement très lourdaud
Live Report : Les veillées Foodstock 2011
Marie-Salome Peyronnel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *