Jeux
[Escape Game] « La Prophétie maya » : juste à temple !

[Escape Game] « La Prophétie maya » : juste à temple !

08 avril 2017 | PAR Mathias Daval

[en collaboration avec Samuel Miloux]

Le saviez-vous ? Le calendrier maya avait raison en annonçant la fin du monde pour le 21 décembre 2012. À cette date, une météorite géante a dévié de sa trajectoire initiale pour se diriger vers notre planète. Un célèbre archéologue pense que la solution pourrait se trouver dans un antique temple du Yucatán, mais hélas ! nous avons perdu tout contact avec lui, et l’impact de la météorite est imminent. Il faut enquêter d’urgence sur les lieux. Et sur qui reposent les derniers espoirs de toute la planète ? Sur vous. On ne s’en fait pas trop…

La salle de « La Prophétie maya », réalisée et hébergée par Mystery Escape au cœur du XVIIe arrondissement, a beaucoup de cachet. Résumons rapidement pour ceux qui ne savent pas ce qui se trame ici : un groupe de joueurs est plongé dans un ensemble de pièces entièrement décorées, bardées de cadenas et truffées d’énigmes, qu’il va falloir résoudre et déverrouiller en soixante-minutes-et-pas-une-de-plus. Parlons d’abord de l’immersion : cette salle s’en sort très honorablement ; les décors sont agréablement aménagés, les éléments d’immersion sont nombreux et jolis, de même que la plupart des indices qui sont bien intégrés au cadre thématique du jeu, et le moyen qu’a le personnel de communiquer avec nous est assez ingénieux pour ne pas sembler tout-à-fait décalé. L’ambiance générale est bien celle d’un temple à l’abandon, à condition de fermer les yeux sur les inévitables cadenas à chiffres qui ponctuent notre progression, et quelques énigmes dont les éléments ne sont pas tout-à-fait d’époque, ce qui était inévitable.

On aurait d’ailleurs bien raison de fermer les yeux là-dessus, parce que cette « Prophétie maya », en termes d’expérience de jeu, est une salle généreuse et bien équilibrée. Le ratio entre les manipulations à l’aveugle, de type fouille, et le degré de réflexion nécessaire à la résolution des énigmes est bien calculé : il faut beaucoup se creuser les méninges, sans non plus jamais se sentir tourner à vide. Il y a presque toujours de quoi s’occuper les mains en même temps que de s’occuper la tête. La progression des joueurs est bien rythmée, entre les passages un peu avares en éléments où l’on doit tirer le maximum d’une maigre poignée d’indices, et les moments d’abondance où l’on peut faire feu de tout bois et répartir les tâches. De même, bien que la salle soit assez difficile pour nous avoir tenus en haleine jusqu’aux trois dernières minutes, aucune énigme ne nous a semblé ridiculement simple ou excessivement compliquée, ni trop pesante en termes de manipulation. Il peut être très frustrant de rester bloqué un quart d’heure sur un seul puzzle à la conception saugrenue, et ce n’est pas le cas ici.

C’est donc une salle à recommander, pour des groupes ayant déjà, au moins en partie, un peu traîné leurs guêtres entre les portes cadenassées des Escape Games ; pour un groupe entièrement débutant, le démarrage serait un peu âpre, et la première salle pourrait être un peu difficile. Un groupe comprenant, comme l’était le nôtre, au moins quelques habitués pourra faire ses délices de ce temple abandonné à leur plaisir ludique. Telle est notre prophétie.

Notre note : [rating=5]

« La Prophétie maya », de Mystery Escape
2, rue Léon Jost, Paris 17e (métro Courcelles)
Entre 26 et 32 € / joueur

Festival Bach en Combrailles, la nouvelle édition
[LIVE-REPORT] Fin de tournée réussie pour Caravan Palace
Mathias Daval
Journaliste culturel et ludique, membre de la fédération nationale des critiques de la presse française, il est également game designer et éditeur.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *