Jazz

[LIVE-REPORT] Fin de tournée réussie pour Caravan Palace

[LIVE-REPORT] Fin de tournée réussie pour Caravan Palace

08 avril 2017 | PAR La Rédaction

Du 19 au 25 mars dernier, les équipes de Rock the pistes ont imaginé un festival à la découverte des stations des Portes du soleil, domaine skiable étendu partagé entre  douze stations sur deux pays. Caravan Palace a choisi ce site hors du commun pour terminer sa tournée française.

Le domaine des Portes du soleil, Avoriaz, Les Gets, Morzine, des noms connus  des amateurs de ski. Justement, Rock the Pistes est le festival qui monte dans les stations de ski. De nombreux groupes et artistes s ‘y sont déjà produits, à l’image de BB Brunes, Shaka Ponk, Mass Hysteria, Brigitte, Izia ou encore, pour ne citer qu’eux, Hubert-Felix Thiéfaine.

Cette année, Zoé et son groupe Caravan Palace ont attiré l’attention.  L’occasion était belle de vérifier comment Hugues, Charles et Arnaud, le trio à la base de la formation, avait pu imposer un swing-jazz tourné vers le futur.

Zoé mène la danse

Chaussures de ski au pied, le télésiège monte au sommet des Folliets où une scène a été installée. Restaurant d’altitude, espace privatisé, sponsors en masse, tout est en place pour un show hivernal au sommet des pistes. A 13 h 30, au moment où le soleil se lève sur le domaine skiable, Caravan Palace déroule son répertoire. Zoé mène la danse en après-ski,  multiplie les chorégraphies et réussi quelques très beaux sauts. « J’aime bien bouger, détaille après-coup la chanteuse du groupe. Danser c’est jouer d’un instrument avec son corps, interpréter ce que l’on ressent. C’est assez naturel pour moi de danser. »

Bataille de boules de neige

 

Le public, gentiment réuni devant la scène joue le jeu avec audace jusqu’à la tradition locale, la bataille de boules de neige. Quelques-unes volent jusqu’à la scène, un jeu rapidement arrêté par le groupe, tant pour éviter de voir les instruments détériorés que par respect pour le public, certains n’hésitant pas à lancer les boules de neige derrière la tête des gens !

L’espace d’une heure trente, la formation mêle ses influences avec audaces à des notes électroniques. C’est une confirmation, le groupe fait le tour du jazz et l’enrobe d’électronique, le spectacle est parfaitement en place depuis de longs mois déjà. Dans une longue seconde partie, les musiciens se laisseront à des expérimentations jazzy et improvisées pour le plus grand plaisir des spectateurs, nombreux à préférer les notes musicales aux joies de la glisse.

Une illusion d’optique

Quelques minutes de pause, et Zoé, toujours en pleine forme, est de retour pour assurer la promo et répondre aux questions des journalistes. Elle est accompagnée par Charles, le contrebassiste, et par Arnaud, le guitariste. Zoé pourrait s’attribuer le portage de ce lien créé entre le jazz et l’électro mais elle s’en défend, et préfère renvoyer la responsabilité à ses deux comparses musiciens. « C’est une illusion d’optique, car je suis devant, indique la chanteuse danseuse. Le band porte et moi je suis dessus. »

Go to USA

Ce show parfaitement huilé, Caravan Palace va désormais l’exporter aux USA, la terre natale du jazz. « On fait juste des choses que l’on aime, assure les musiciens. Pas vraiment du jazz. »

Il n’y a donc pas de longue improvisation comme les aiment les puristes du genre. « Les chorus sont toujours au même endroit, » confie Zoé.  C’est lié à l’apport de l’électronique car il est difficile d’improviser sur des rythmes séquentiels. »

L’aspect robotique est chorégraphié à merveille.

Ni jazz, ni swing, Caravan Palace est un groupe hybride.

Peu habitué à jouer aussi tôt, la formation ce vendredi 24 mars a su mettre les formes et se faire apprécier. Le répertoire est à l’origine constitué de morceaux originaux mais Black Betty, la reprise d’un vieux morceau de blues préparée pour une émission de télévision fait figure d’exception. « Comme les gens connaissent le morceau, ils peuvent danser mais ce n’est pas facile des chaussures de ski au pied ! ».

Caravan Palace vient de quitter sa maison de disque. Le groupe sera de retour en 2018 pour enregistrer son nouvel album en totale indépendance pour la première fois. « On ne nous dit jamais quoi faire, c’est vraiment un vrai luxe. On fait ce que l’on veut depuis le début. C’est authentique.»

Texte et photos : Patrick Auffret

[Escape Game] « La Prophétie maya » : juste à temple !
« Paysages de nos larmes », le coeur de l’Homme sous le manteau de la poésie
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *