Classique
Festival Bach en Combrailles, la nouvelle édition

Festival Bach en Combrailles, la nouvelle édition

07 avril 2017 | PAR Bénédicte Gattère

Entre le Puy-de-Dôme, l’Auvergne et la Creuse, Bach s’invite encore une fois en terres de Combrailles pour nouvelle édition qui assure la continuité mais sait innover. Toujours aussi pointu, le festival réunira des ensembles tels que L’Armée des Romantiques ou bien des musiciens comme Jean-Luc Ho pour le plus grand plaisir des fous de Bach et des amateurs de tous horizons.

acceuil  

Très ancré dans le territoire, – les organistes logent chez l’habitant et les collégiens de Pontaumur proposent des gâteaux créés pour l’occasion des « Café Bach » aux festivaliers -, Bach en Combrailles est attendu chaque été par ses fidèles depuis bientôt vignt ans. La programmation redynamisée et qui vient de nous être dévoilée a de grandes chances en outre de plaire au non habitués car cette édition se place sous le signe du renouveau, tout en douceur. L’arrivée à la direction artistique du jeune Vincent Morel, musicologue et interprète reconnu donne un nouvel élan à ce festival. Misant sur les valeurs sûres qui séduiront les oreilles les plus aguerries, il propose également des concerts mêlant des œuvres du grand Bach à celles du non moins grand Telemann ou de Bo?ly…et même de Rameau qui semble pourtant bien appartenir à un tout autre baroque ! Un medley de pièces de Hersant, Marais et Telemann sera également proposé par les solistes de L’Escadron Volant de la Reine, ce jeune ensemble baroque qui a conquis un public exigeant.

Cette année mettra par ailleurs en avant des activités annexes, avec les conférences notamment de l’artiste en résidence Jean-Luc Ho, et les « Café Bach », dont l’entrée est libre et qui auront lieu chaque matinée. Les journées seront par ailleurs ponctuées par des auditions d’orgue. Ces dernières fournissent le prétexte d’une reprise des Chorals de Leipzig au complet et une réécoute des œuvres pour orgue de Boëly.

Ce qui fait la particularité de ce festival et qui donne très envie de le découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c’est que tous les concerts sont donnés dans des églises d’une grande beauté. Les églises de Pontaumur, Miremont, de Puy-Saint-Gulmier ou bien la collégiale d’Herment ainsi que l’église de Saint-Hilaire-la-Croix, l’une des plus belles d’Auvergne, servent de décor aux motets, cantates, fugues et autres variations. Ainsi la richesse patrimoniale de la région se trouve valorisée de la plus jolie des façons.

 

[Live-Report] L’électro touch de Tristesse Contemporaine au Badaboum
[Escape Game] « La Prophétie maya » : juste à temple !
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *