Jeux

« Le Casse du siècle » : pas le temps de muser ?! [Escape Game]

« Le Casse du siècle » : pas le temps de muser ?! [Escape Game]

13 décembre 2017 | PAR Mathias Daval

(en collaboration avec Louis-Patrick Bergot)

Le musée de la Lock Academy, l’école de détectives située pas très loin des Halles de Paris, vient d’être cambriolée ?! Fraîchement débarqués dans l’école, nous sommes missionnés pour retrouver la pièce maîtresse du musée. À nous de percer le mystère de cette escape room dont le décor luxueux est truffé de rouages technologiques.

Nous avions déjà eu l’occasion de tester une autre salle de la Lock Academy, Très cher lock. C’est donc avec plaisir que nous y sommes retournés pour essayer Le Casse du siècle, la salle réputée la plus difficile de l’enseigne. Cette salle s’inscrit dans le même univers que les autres et cultive les références au monde des détectives. En l’occurrence, nous avons eu le privilège d’enquêter dans le musée de l’Academy, où de précieuses « reliques » sont exposées, comme le violon de Sherlock Holmes ou le cardigan de Miss Marple.

Après une introduction haletante, qui requiert une bonne coordination d’équipe, nous entrons dans le vif du sujet et examinons dans les moindres détails les œuvres de ce prestigieux musée. Immédiatement, nous sommes frappés par le soin tout particulier apporté au décor. Qu’il s’agisse du mobilier, des objets ou des tableaux, tout a été choisi avec minutie. On se plait à arpenter les boiseries de cette salle à la recherche d’indices. Ici, la fouille tient une place très secondaire. Tout repose sur la résolution d’énigmes parfois complexes, qui sont reliées de manière pertinente, et parfois décalée, à l’univers des détectives.

Comme à son habitude, la Lock Academy a su remplacer les sempiternels cadenas par de nombreux mécanismes technologiques, souvent remarquables de modernité. Malgré l’absence de cadenas, la salle est remplie de codes à trouver, qui mettront vos méninges à rude épreuve. Surtout, l’escape room bénéficie d’un excellent gameplay : au début, les énigmes sont naturellement réparties entre les différents membres de l’équipe, avant que le jeu ne converge vers des énigmes plus collectives. Le jeu est par conséquent très fluide et progresse avec une légère montée d’adrénaline, notamment sur la dernière énigme, lorsque le chrono tend à se rapprocher de 0. D’ailleurs, ce n’est qu’in extremis, à moins d’une minute de la fin, que nous avons pu accomplir notre mission.

Ayant formé une équipe de 6 joueurs, nous pouvions craindre de nous marcher sur les pieds. Il n’en est rien : l’espace a été pensé intelligemment pour permettre au plus grand nombre de joueurs d’y participer (la salle peut en accueillir de 4 à 6). En somme, le Casse du siècle est une excellente salle, plus cohérente et moderne que Très cher Lock : l’inventivité de ses mécanismes électroniques et la pertinence de son décor en font un bijou du genre, que nous vous recommandons vivement d’essayer si vous êtes déjà un peu familiers du gameplay des escape.

[rating=5]

Le Casse du siècle, par la Lock Academy
25 rue Coquillière, Paris 1er (M° Louvre-Rivoli / Châtelet – Les Halles)

[Live-Report] Victor Julien-Laferrière et Adam Laloum en concert pour l’annonce des Sommets musicaux de Gstaad
L’AGENDA DES VERNISSAGES DE LA SEMAINE DU 14 DÉCEMBRE 2017
Mathias Daval
Né à Paris en 1977. Journaliste culture & nouveaux médias depuis 2001. Lauréat de la bourse du Centre National du Théâtre en 2014. Musicien, membre du groupe Dazie Mae. Cofondateur du journal I/O Gazette, éditeur pour The Theatre Times, et membre de la Fédération nationale des critiques de la presse, il vit actuellement entre Paris, Barcelone et d’autres dimensions de l’espace-temps plus difficilement accessibles.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *