Tendances

Eva Mendès : égérie d’Angel de Thierry Mugler

Eva Mendès : égérie d’Angel de Thierry Mugler

27 juin 2011 | PAR Laurene Saby

Après avoir été une égérie Calvin Klein et avoir associé son image à la marque de prêt-à-porter Morgan, Eva Mendès, l’autre Eva Bomba Latina avec la Longoria, devient le nouvel ange de Thierry Mugler.

Angel, le parfum mythique de Thierry Mugler, s’offre une nouvelle égérie pour sa campagne publicitaire. Le spot publicité, qui sera diffusé en septembre, est précédé par une campagne d’affichage s’inscrivant dans la continuité de l’esprit du parfum. Pour l’enseigne Thierry Mugler, Eva Mendès est à la fois « femme fatale et spontanée ». D’après l’enseigne, l’actrice « représente les facettes de sensualité d’Angel ». Une aubaine pour Eva Mendès, qui, à côté de ses rôles au ciné (« Ghost Rider », « La nuit nous appartient », « Last Night »), diversifie ses activités (égérie, mannequin et même chanteuse pour cette campagne de parfum). Le résultat de la campagne d’affichage est un mélange rétro futuriste. Pour incarner l’image du parfum emblématique de Thierry Mugler, créé en 1992, Eva Mendès a été photographiée par Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin. L’actrice d’origine porto-ricaine, associe donc son image caliente à la glaciale et mystique icône étoilée « Angel ». Et au niveau de son actu cinématographique, la bomba latina incarnera bientôt la grande cantatrice Maria Callas dans un biopic. Un tout autre registre, mais tout aussi glamour forcément.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Eva Mendès en robe bustier Thierry Mugler lors de la soirée de présentation de la nouvelle campagne de publicité du parfum « Angel »

 

 

 

 

 

 

 

 

Eva Mendès égérie Calvin Klein avec le sublime Jamie Dornan

 

 

 

 

 

 

Eva Mendès, égérie Morgan dans la campagne « Morgan d’Eva »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Naomi Watts, l’égérie précédant Eva Mendès

 

 

 

 

 

 

(c) visuel : strawberrymag.com, djanecouture.wordpress.com, capcampus.com, timrubber.com, plurielles.fr

Fin de saison au Théâtre de la Ville : dernier hommage à Pina Bausch
L’egyptologie perd sa pharaonne
Laurene Saby

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *