Tendances
Dior Homme : un défilé encensé par les célébrités

Dior Homme : un défilé encensé par les célébrités

27 juin 2011 | PAR Laurene Saby

Samedi à 15h sur la musique de Requiem for a dream : Le défilé Dior Homme démarre. Sur le podium, des mannequins concentrés, et dans l’assemblée, des pipoles médusés.

Au défilé Dior Homme samedi dernier, il y avait des beaux gosses qui défilent mais aussi du beau monde qui regarde. Et ces derniers ne se sont pas gênés pour donner leur impression à chaud. Le King Karl, assis à côté de son boss, le beaucoup moins fashion mais beaucoup plus riche patron de LVMH Bernard Arnault, n’a pas perdu une miette du show. Lagarfeld, comme a son habitude, y est allé cash : il dit avoir aimé « tous les hauts, mais les pantalons, c’est pour les gamins ». C’est bien connu, les hommes mettent tous des kilt comme Marc Jacobs. Sinon, le plus ténébreux des chanteurs de la scène française d’aujourd’hui, Benjamin Biolay, voisin de rangée de l’inébranlable Karl, était également de l’avis du couturier de la maison Chanel : « C’est un truc qui remonte à l’enfance, j’ai jamais aimé les pantalons trop courts. Sinon j’aime tout, notamment les tee-shirt en cuir, superbes. » Poétique, l’actrice australienne Emily Browning, s’est exclamée : « C’est presque une version masculine de la marque Céline ».

Le rappeur Usher (tiens il s’habille en Dior lui ? sûrement qu’il pensait voir les montres bling bling!) était également de la partie, tout comme le cinéaste roumain, réalisateur du Concert, Radu Mihaileanu. Les petits frenchy ont aussi montré leur frimousse au milieu de l’assemblée, tels que Jérémie Elkaïm, apparu dans le Polisse de Maiween et Stanislas Merhar, vu au théâtre dans l’Autre de Florian Zeller. Le créateur de la ligne Dior Homme , le belge Kris Van Assche, a baptisé sa collection « Less and More », avec l’idée d’en faire plus avec moins. Le couturier a affirmé s’adresser à une clientèle d’hommes « actifs et débordant d’énergie ». Beaucoup moins noir qu’à l’accoutumée, le défilé faisait la part belle aux vêtements de couleur beige, bleu marine et gris perle. Tee-shirt en cuir, bracelet de force, imper d’Indiana Jones, chapeau Stetson : L’homme Dior, pour le printemps-été 2012, sera un homme un vrai !

(c) visuel : leparisien.fr, madame.lefigaro.fr

source : AFP

L’egyptologie perd sa pharaonne
Fergie et Viktor & Rolf primés par Piaget
Laurene Saby

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture