Tendances

Carnet de voyage: Le Japon, 24h d’immersion culturelle à Tokyo

Carnet de voyage: Le Japon, 24h d’immersion culturelle à Tokyo

29 mai 2014 | PAR La Rédaction

Tokyo, capitale de l’empire nippon, ne compte pas moins de 14 millions d’habitants. La ville ne dort jamais et regorge d’endroits plus intéressants les uns que les autres. Entre modernisme et tradition, Tokyo est une cuve culturelle en perpétuelle évolution. Voici une petite sélection des lieux à ne pas manquer lors d’une excursion au pays du soleil levant.

Akihabara, la mecque du « Geek »
Pour débuter la journée, Akihabara Electric Town qui doit son surnom aux centaines de panneaux lumineux qui habillent les buildings est l’endroit incontournable pour n’importe quel Otaku (voir ici le mot geek version japonaise). Ce lieu offre une infinité d’articles numériques à vendre. A la pointe de la technologie, tous les derniers produits électroniques sont ici proposés à la vente.

Cependant concernant les tous derniers ordinateurs, portables, appareils photos ou autres, les prix sont similaires à ceux contractés en Europe. Par contre, pour tous les fans de jeux vidéos du monde entier, entrer dans un des nombreux shops qui pullulent dans le quartier vous rend euphorique. Les consoles disparues, leurs jeux, leurs accessoires, leurs univers, leurs prix, autant de raisons pour les amateurs du genre de rester à baver devant les vitrines…

À Tokyo et dans la majeure partie de l’archipel qui compose le Japon, le gain de place et l’urbanisation présentent un véritable challenge pour les autorités. Alors lorsque sonnent les douze coups de midi, il suffit de lever le nez pour trouver toutes sortes de restaurants et savourer ramen, suchis et autres spécialités nippones.

L’art des estampes japonaises autrement dit des mangas possède également des temples immenses qui tiennent la comparaison avec des bibliothèques. Si vous ne savez pas lire le japonais et que pour vous « 4 heures » rime avec goûter, vous pouvez toutefois vous risquez dans un maid café et entrer dans l’univers fou du manga. Tout droit sortis d’un animé, les serveuses seront ravies de vous servir et de faire des purikura (photo-autocollante retouchée) avec leurs « maîtres » (au Japon le suffixe -sama signifie maître). Attention: 2000 yens soit 16 euros environ pour un café servi par une fille en tutu et une photo n’est pas forcément aux goûts de toutes les bourses…

Les parcs, entre sieste et culture
Fait intéressant au Japon, il n’est pas mal vu de s’endormir n’importe où. Les parcs immenses disséminés dans Tokyo semblent être la seule alternative pour échapper aux bruits de la ville et deviennent une étape indispensable pour se reposer avant la soirée. Outre la grandeur de ceux-ci, les nombreux musées, le Zoo (avec ses pandas !) et les temples du parc Ueno, les trois parcs du jardin impérial, celui de Shinjuku pour ses sakura (cerisier) à ne pas manquer début avril, le temple impérial et ses mariages au parc Meiji et le plus reposant celui de Yoyogi, sont indispensables au bien-être aussi bien des touristes que des locaux pour respirer de temps en temps. Ils sont le cœur même de la ville et de nombreux évênements pour divers fêtes y sont souvent organisés ce qui en fait des lieux incontournables du paysage tokyoïte.

Izakaya ou Yokocho: Resto-Bars sauce japonaise
Lorsque les lueurs du soleil vacillent, il suffit de se diriger vers l’un des nombreux Izakaya synonymes d’un bon début de soirée. Ces brasseries de quartier peuvent s’étendre sur plusieurs étages ou bien être minuscules et ne pouvant accueillir que quelques habitués des environs. Très fréquentées le soir, les japonais y viennent pour se détendre et étancher leur soif et leur faim après une dure journée de travail. Très connu pour ses bars animés, le quartier du Golden Gai non loin de Shinjuku offre toutes sortes de bars insolites. La plupart ne peuvent pas contenir plus de 6-7 personnes mais l’alcool aidant, la proximité permet à tous de discuter et de se rencontrer.

Si vous souhaitez éviter les Gaijin (littéralement « étrangers »), dans le quartier d’Ebisu à deux pas de l’arrêt de métro éponyme, se trouve l’un des Yokocho les plus atypiques. Aucun risque d’y rencontrer le moindre touriste, ce genre de lieu n’est connu que par les habitants du quartier. Constellé de plusieurs minuscules brasseries, les étrangers n’ont aucun mal à discuter avec leurs voisins de tables nippons. Avantages indéniables, la nourriture traditionnelle est excellente et les horaires de fermeture dépendent du nombre de clients.

Le Robot Restaurant: show les mécaniques !
Avec des spectacles commençant dès 18h, c’est « l’attraction » à ne pas manquer. Situé en plein cœur du quartier pigallesque de Kabukich?, le Robot Restaurant offre un show des plus surprenants. Prenez une pincée de manga, un soupçon de Crazy Horse et une touche de robotique et vous aurez un spectacle totalement fou d’1h30. Musiques, chants, danses, combats et caetera composent les différentes scènes présentées par les artistes et robots avec parfois la participation du public.

Un véritable moment de délire japonais qui vous laisse vide de toute énergie à la sortie mais surtout qui vous grave un sourire béat aux lèvres. Seul bémol, le Bent en option (sorte de coffret casse-croûte) proposé par les hôtes n’est pas forcément aux goûts de toutes les papilles… Petite précision supplémentaire concernant le secteur, Kabukich étant le quartier chaud de Tokyo est contrôlé par les Yakusas et offre des services divers et variés. Vous risquez donc de vous faire aborder tous les 10 mètres par des rabatteurs vous proposant les services de quelques prostituées. Méthode du sourd-muet à appliquer obligatoirement sous peine d’être lourdement suivi pendant votre trajet.

Shibuya ou la recherche des gens non-alcoolisés
Alors que Cendrillon doit rentrer, il est temps de se diriger vers Shibuya qui est l’un des 23 arrondissements qui composent la capitale japonaise. Après s’être donné rendez-vous auprès de la statue d’Hachiko, chien rendu célèbre aux yeux du monde par le film Hatchi avec Richard Gere, la jeunesse de Tokyo s’infiltre dans le quartier afin de relâcher la pression dans les nombreux bars et clubs. Simple détail, les japonais sont travailleurs et raisonnables, inutile de penser que les boites de nuit sont bondées en semaine… Par contre, lorsque le week-end arrive, tous se pressent aux portes de plusieurs établissements. Les tarifs ne sont pas excessifs, comptez en moyenne 1000 yens soit 7-8 euros l’entrée avant minuit et 3000 yens soit 20 euros et une boisson offerte après le couvre-feu de Cendrillon.

Avec ses trois salles aux styles différents sur plusieurs étages, l’Atome est l’un des clubs les plus fréquentés de Tokyo. Rap, House, techno, dance et caetera, tous les genres musicaux sont à l’honneur. Pour les femmes ayant peur des méthodes de dragues rencontrées dans les boites occidentales, n’ayez peur ! Les hôtes de ces soirées allumées ont tout prévu, des zones exclusivement réservées aux femmes sont accessibles à tout moment et régulées par la sécurité du club.

Parfois, on souhaite tout simplement avant tout écouter de la musique techno de bonne qualité dans une boite. Le Womb est l’endroit parfait pour les mélomanes du genre. Avec des stars du domaine musical régulièrement à l’affiche, le club offre une très bonne installation son qui peut éventuellement vous laissez le lendemain non pas avec une gueule de bois mais avec des acouphènes.
Enfin pour les fines bouches, le T2 est l’un des lieux où tout le personnel est aux petits soins pour vous. Les barmans ne lésinent pas sur l’alcool et peuvent même à votre demande vous confectionner le verre de vos rêves, la sécurité fera tout son possible pour retrouver vos objets perdus et les patrons sont parfois au cœur de la fête. Petits détails supplémentaires, des coins banquettes, des toilettes irréprochables et une ambiance excellente sont parfois le petit plus de LA soirée.

Texte et photos : Tristan Karache. 

Un autre regard sur Marcel Pagnol
La recette de Claude : Soufflé à la florentine
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *