Tendances

Blackberry dévoile sa tablette tactile

29 septembre 2010 | PAR Pamina Le Guay

La première tablette professionnelle du monde, le Playbook, a été dévoilée, hier par  la société canadienne Research In Motion, qui commercialise les célèbres terminaux Blackberry.


La toute première tablette tactile du groupe est plus petite que l’iPad d’Apple et a un petit air de la Galaxy Tab de Samsung. Elle est dotée d’une tablette tactile de 18 cm pour surfer sur Internet, d’un appareil photo à l’arrière, d’une caméra vidéo à l’avant pour la visioconférence et,  contrairement à l’iPad, est équipée d’une prise USB. Le Playbook sera Wifi mais pas 3G. Cependant, les utilisateurs pourront se connecter en 3G en utilisant la liaison bluetooth avec leur smartphone Blackberry.

Blackberry est un acteur de poids et son arrivée sur le marché des tablettes est à considérer avec attention. Cependant, faire une machine performante n’est pas le plus difficile. Pour séduire et intéresser les consommateurs, il faut surtout des applications qui constituent « le nerf de la guerre ». Le Playbook sera équipé d’un système d’exploitation propriétaire avec un catalogue d’appli réduit.

Avec ce joujou, RIM vise à la fois les professionnels et le grand public. Il sera possible de synchroniser automatiquement ses données professionnelles à partir d’un serveur central. A l’avenir, la firme entend proposer des modèles 3G et 4G.

Les spécifications techniques sont alléchantes, BlackBerry apportera son écosystème dédié aux professionnels, et il ne manquera qu’un application store bien garni et un tarif correct pour lui donner toutes ses chances face aux autres tablettes.

Play Book ne s’attaque pas frontalement à la tablette Apple. C’est, officiellement, un outil professionnel, malgré son nom, il n’y aura pas de jeux et de loisirs disponibles.

La tablette est attendue début 2011 aux Etats-Unis, puis au printemps en Europe et en Asie, le PlayBook garde religieusement un secret : son prix.

L’oeil de Moscou vise le Louvre
Mariette sort de l’ombre de la Belle du Seigneur au Petit Montparnasse
Pamina Le Guay

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *