Théâtre
« Les Beaux », venez jouer avec Ken et Barbie au Théâtre du Petit Saint Martin!

« Les Beaux », venez jouer avec Ken et Barbie au Théâtre du Petit Saint Martin!

25 octobre 2019 | PAR Geraldine Elbaz

 

Un couple idéal à la beauté plastique impeccable se dit des mots d’amour, les yeux écarquillés et le sourire aux lèvres : nous sommes dans le salon de Barbie et Ken, où tout semble parfait. En réalité, nous sommes dans l’imaginaire d’Alice, 7 ans, qui joue avec ses poupées et se réinvente des parents dans le meilleur des mondes…
 
Les Beaux est une adaptation du texte Enfantillages de Léonore Confino, comédienne et auteur à succès (Le poisson belge, Parlons d’autre chose), qui analyse via le prisme de l’enfance la relation de parents narcissiques décrits comme des monstres de puérilité.
 
Côme de Bellescize met en scène deux excellents comédiens : Elodie Navarre, nommée aux Molières en 2018 dans la catégorie meilleur second rôle (Le Fils de Florian Zeller) et Emmanuel Noblet, qui était déjà exceptionnel dans le seul en scène qu’il avait adapté, Réparer les Vivants (Maylis de Kerangal) et pour lequel il avait été primé entre autres d’un Molière en 2017.
 
La pièce démarre comme un épisode de Black Mirror, nous sommes dans un monde factice, où les personnages ont des expressions figées, des mouvements automatisés et des intonations qui sonnent faux…
Ils sont beaux, se regardent et se le disent:

Tu es belle 

Tu es beau

Tu es très belle 

Tu es très beau

Nous sommes beaux

Assez rapidement, on comprend qu’il s’agit en fait de la représentation imaginée d’une enfant devenue mutique en réaction à la déliquescence du couple formé par ses parents.
 

Lui travaille chez Publicis, elle s’occupe de sa fille, ils n’arrivent plus à se parler, se déchirent, hurlent et se font la guerre pour une tranche de jambon, cachée derrière les yaourts à la cerise dans le frigo…

Sous le vernis, sous l’apparence d’une vie idyllique, c’est la crise :

LUI: Quand j’étais petit, le saumon c’était rare, c’était chic. Et puis bam, ils ont lancé l’élevage intensif, même les enfants en bouffent à la cantine. Tu as suivi la courbe du saumon : tu t’es dévaluée.

 
La déconstruction de la pièce est renforcée par une mise en scène efficace et brillante qui expose les tensions intérieures des personnages.
 
La représentation s’achève sur une épanadiplose, figure de style qui consiste en un retour à l’introduction au moment de conclure, mettant en relief l’intentionnalité derrière les mots, l’émotion qui transcende le texte et lui donne une nouvelle définition.
 

Un spectacle à ne pas manquer, à la fois drôle et dramatique, sensible et esthétique et surtout magistralement interprété!

Visuel : affiche du spectacle

Les Beaux
De Léonore Confino
Jusqu’au 30 novembre 2019 à 21h
Durée : 1h20
Airbourne « Boneshaker » : le quatuor australien recrée l’atmosphère et la magie d’AC/DC !
« The way you see me », le voyage initiatique en identités de Yacine Sif El Islam.
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *