Spectacles
Skylight de David Hare mise en scène par Claudia Stavisky

Skylight de David Hare mise en scène par Claudia Stavisky

03 octobre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Claudia Stavisky crée Skylight de l’anglais David Hare au théâtre des Célestins de Lyon. Elle restitue brillamment la forme et l’esprit de la pièce.  

Une intrigue toute simple

Il y a deux ans, Claudia Stavisky mettait en scène Skylight en langue anglaise au Shanghai Dramatic Arts Center. Elle crée aujourd’hui la pièce en français avec Marie Vialle, Patrick Catalifo et Sacha Ribeiro. L’intrigue est simple. Lors d’une soirée glaciale dans l’un des quartiers pauvres de Londres, Tom rend visite à Kyra, la jeune femme qu’il a aimée alors qu’il était marié, et qu’il aime toujours. Désormais veuf, la cinquantaine glorieuse, ce restaurateur fortuné vient de vendre son entreprise cotée en bourse. Kyra, elle, enseigne les mathématiques à des enfants défavorisés. Au milieu de la nuit, les frontières entre passé et présent s’estompent.

Le couple n’est pas la solution

Claudia Stavisky a l’intelligence de s’emparer de ce drame bourgeois sombre par une mise en scène à peine déréalisée aux innovations fines et invisibles. Le public se devait de retrouver du familier dans cette pièce car le théâtre de David Hare est un théâtre du réel. La mise en scène réussit à fabriquer un huis clos cruel où le hors-champ s’invite sans cesse sous forme d’un souffle froid qui menace l’appartement. Marie Vialle et Patrick Catalifo, aux talents confirmés, incarnent avec justesse les deux personnages plus vrais que nature. Leur jeu constitue certainement un des premiers plaisirs du spectateur.

Il n’y a pas de paix en toi, il n’y a pas de repos pour moi

En ces temps de redéfinition fébrile du couple, la pièce pose une question brulante : l’amour se suffit-il à lui-même. Les deux anciens amants en quête d’absolu s’affrontent sur le sens qu’ils souhaitent donner à leur existence, sur ce qui les a unis et ce qui les sépare. Et ils envisagent de reconstruire leur couple perdu. Attristés, ils découvriront que la construction d’un couple et le sentiment amoureux souvent se croisent, rarement se rejoignent. Ils comprendront aussi les raisons qui ont détruit leur couple, des raisons qui opèrent pour toujours. Enfin ils sauront que leur romance ne vivait qu’au sein d’un dispositif à trois, où l’épouse désormais morte remplissait un rôle essentiel dans l’édifice.

La pièce qui parle de nous n’ennuie jamais, distrait beaucoup et nous apprend souvent.

Skylight

De David Hare
Mise en scène Claudia Stavisky
Adaptation Dominique Hollier
Avec Patrick Catalifo, Sacha Ribeiro, Marie Vialle

Crédit photo © Simon Gosselin

Biarritz : « Cantos de represion », documentaire nécessaire, primé par le public
« Traverser la cendre » de Michel Simonot
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture