Théâtre

[Critique] « R d’Opéra » de la Compagnie Teatro di Fabio

[Critique] « R d’Opéra » de la Compagnie Teatro di Fabio

09 janvier 2015 | PAR Matthias Turcaud

L’intention de rendre l’opéra accessible et de le désacraliser par un chapelet d’anecdotes sur les aléas des représentations nous paraît bienvenue, mais malgré la sympathie que peuvent nous inspirer les petites salles et l’art « mineur », force est de constater qu’on se retrouve avec R d’opéra face à un spectacle d’une maigreur qui confine parfois à l’anorexie.

[rating=2]

On écoute avec une attention polie les divers airs d’opéra proposés – extraits de La clémence de Titus de Mozart, d’Orfeo et Euridice de Gluck ou encore du « Trovatore » de Verdi – et les anecdotes sur les tracas variés – caprice de diva, absence de répétition des figurants ou zèle excessif d’une femme de ménage appliqué sur des éléments de décor – qui peuvent perturber une représentation et invalider la frontière entre sublime et grotesque, dont on nous rappelle d’ailleurs au passage combien elle est ténue.

Certaines anecdotes s’avèrent rigolotes – une Tosca objet de la colère d’un régisseur rebondissant quinze fois sur un tapis élastique lors de son supposé trépas notamment – et les incontestables qualités d’acteur de Fabio Alessandrini ne s’y révèlent évidemment pas pour rien, mais la logique de succession entre elles comme entre les morceaux chantés, pour la plupart impeccablement d’ailleurs, échappe et semble en fait relativement aléatoire.

Pour le reste, on n’a rien contre le parti-pris manifeste de sobriété – au contraire même -, mais on trouve le spectacle à l’image de son guitariste Thierry Garcia : timide et mal assuré. Dommage.

R d’Opéra, mis en scène par Fabio Alessandrini. Recherche musicale : Elisabetta Mastromarino. Avec Fabio Alessandri à la narration et au jeu, Thierry Garcia à la guitare, Elisabetta Mastromarino. Au Théâtre Douze, 6 avenue Maurice Ravel (12ème). Unique représentation : le mardi 6 janvier à 20h30. 1h. 

Photos : Daniel Pintore

Théodose par Bernard Lançon
[Critique] « Alda et Maria » (Por Aque Tudo Bem), de Pocas Pascoal
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *