Théâtre

Pierre Niney démissionne de la Comédie-Française

Pierre Niney démissionne de la Comédie-Française

16 mars 2015 | PAR Constance Delamarre

Information rendue (enfin) publique ce vendredi 13 mars: Pierre Niney a remis le 15 janvier dernier sa lettre de démission à Eric Ruf, administrateur général de la Comédie-Française. 

Pierre Niney est devenu – le plus jeune – pensionnaire de cette grande institution théâtrale le 16 octobre 2010. Cinq ans plus tard et le César du Meilleur Acteur en poche (décerné le 20 février 2015 pour son rôle Yves Saint Laurent), le jeune acteur d’à peine 26 ans dit au revoir à la troupe de la Comédie-Française. « Je ne dis pas au revoir au théâtre pour autant », a livré Pierre Niney sur son compte Twitter, le samedi 14 mars (visuel 2). « Je pense, plus que jamais, que la passerelle entre le cinéma et le théâtre est une chose magnifique qu’il faut cultiver absolument. Depuis quelques mois il ne m’était plus possible d’entretenir ce lien comme je l’aurais voulu, étant donné les exigences de la Comédie-Française envers ses pensionnaires », ajoute-t-il.

Pierre Niney ne pouvait plus tenir ses engagements de pensionnaire et assurer sur les plateaux de tournage. Il a fait son choix et se consacrera donc davantage au cinéma. Il sera d’ailleurs mercredi prochain à l’affiche d’Un homme idéal, thriller de Yann Gozlan dans lequel il joue Mathieu, un écrivain raté qui devient célèbre en signant le livre d’un autre. Mais quand la demande d’un second roman se fait pressente, Mathieu devra tout faire pour garder son secret.

En 2016, nous le retrouverons de nouveau dans le rôle principal d’un biopic, L’Odyssée de Jérôme Salle, consacré à Philippe Cousteau, le fils de Jacques-Yves Cousteau. Aussi talentueux dans des comédies (il est nommé deux fois au César du meilleur espoir masculin, en 2012 pour J’aime regarder les filles et en 2013 pour Comme des frères) que dans des rôles plus dramatiques, nous espérons son avenir – cinématographique et/ou théâtral – radieux.

Visuels © alatele.fr / capture d’écran Twitter

« Pierre Bonnard : peindre l’Arcadie » : luxe, calme (feint) et volupté à Orsay
Jennifer Lawrence dans le prochain Steven Spielberg
Constance Delamarre

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *