Théâtre

Parlons culture contre le SIDA

01 décembre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

29  ans déjà…tous les moyens sont bons pour lutter et informer. Participer à la manifestation « tout recule sauf le SIDA qui partira à 18h30 de Bastille, mais également, proposer un spectacle, exposer des photographies, débattre autour de films. La culture apparait comme un vecteur de dialogue essentiel pour parler du SIDA en complément du social et du médical. Voici dans le désordre , une expo, un débat sur un livre, sur un film et une pièce de théâtre.

La mairie du troisième arrondissement, présente le 1er décembre  le film Goodbye Sida, réalisé par Yvonne Debeaumarché sur une idée d’Alain Maneval. Explorer la réalité actuelle du VIH en France, tel est l’objectif de ce film qui met en lumière des hommes et des femmes, de tout âge et tout horizon, contaminés de différentes manières mais qui vivent quotidiennement avec la même maladie. Les progrès médicaux réalisés ont été très importants : les traitements et leurs effets secondaires sont moins lourds, ce qui a considérablement amélioré la vie des personnes séropositives. Si bien que pour la majorité des séropositifs, le sida est aujourd’hui davantage perçu comme une maladie chronique qu’une maladie mortelle. Mais les progrès réalisés ne doivent pas faire oublier les 6000 à 7000 nouveaux cas de séropositivité chaque année et conduire à un relâchement des comportements. Dès lors, l’enjeu est double : il s’agit de lutter contre les discriminations dont sont victimes les personnes séropositives tout en poursuivant un travail de prévention. N’oublions pas que le préservatif demeure le seul moyen de ne pas être contaminé et qu’on ne rappellera jamais trop la nécessité de sortir couvert.

Lieu dédié s’il en est le centre Lesbien, Gay, Bi & Trans. de Paris et Ile-de-France présente dans ses locaux une exposition  « 25 ans de VIH, bilans, enjeux et prévention ». Le 2 décembre à 20h sera projeté et débattu le documentaire « The Gift » de Louise Hogarth « Mêlant interviewes de jeunes bug chasers, d’activistes et de malades de la « première génération », The Gift tente de surmonter les divisions au sein de la communauté et nous rappelle que le sida est plus que jamais un sujet d’actualité et une maladie mortelle… ». Ce film qui traite aussi de la transmission volontaire du VIH illustrera un débat qui réunira des responsables associatifs et spécialistes : «Ringarde et superflue la protection, la sienne et celle des autres ? ».

Plus loin dans le mois de décembre, toujours à la LGBT,  le Lundi 20 à 20h00 aura lieu une soirée « prévention santé gay » avec David Halperin Gabriel Girard (Aides) et Vincent Douris (Sidaction). David Halperin est l’auteur de « Que veulent les gays ? Essai sur le sexe, le risque et la subjectivité ». Editions Amsterdam.

« Les gays sont-ils « malades » ? Pour lutter contre la pathologisation de l’homosexualité, le mouvement de libération gay nous avait appris à répondre à cette question par un « Non! » sonore. À la catégorie de subjectivité gay, il fallait alors substituer celle, collective et politique, d’identité gay. Mais, avec notamment l’épidémie de VIH/sida, les temps ont changé. Alors que celle-ci n’a toujours pas été jugulée, les comportements à risques d’un certain nombre de gays – en particulier, la pratique du bareback –des rapports sexuels non protégés, ont donné lieu à un retour en force des approches médicales de l’homosexualité et réactivé bon nombre de clichés sur la supposée déficience psychique des gays. Dans ces circonstances, David Halperin montre qu’il est urgent de reposer la question épineuse de « ce que veulent les gays ». L’enjeu est de penser la subjectivité gay en dehors des catégories normalisatrices de la psychologie et de la psychanalyse, en la situant dans son contexte social. »


Il faudra quitter très légèrement Paris pour assister le 2 décembre dans l’après-midi à une représentation théâtrale « Qui a dit sida ? » à l’excellent Espace Renaudie d’Aubervilliers. Le spectacle relate l’histoire de Lalla, une mère de famille africaine en plein préparatifs du mariage de sa fille, qui reçoit la visite de ses amies. A l’annonce de la venue d’un cousin séropositif, celles-ci vont fuir comme la peste. A partir de cet évènement, différents thèmes sont abordés : la rumeur et les réactions de rejet, les préjugés et les peurs quant aux modes de transmission, l’épreuve du test de dépistage du VIH/sida, la prévention auprès des enfants et des maris, les fausses croyances relatives à la guérison et aux traitements, la possibilité d’appeler le numéro vert de Sida Info Service pour s’informer.

 

Goodbye Sida, Mercredi 1er décembre à 19h-Mairie du 3e- Salle Odette Pilpoul

The Gift , Jeudi  2 décembre à 20h, LGBT 63 rue Beaubourg 75003 Paris. Accueil : 01 43 57 21 47

Prévention santé gay, Lundi 20 décembre  à 20h00 , LGBT

Qui a dit Sida, Jeudi 2 décembre,  de 14h30 à 17h00 , Espace Renaudie – 30 rue Lopez et Jules Martin 93300 Aubervilliers, métro Fort d’Aubervilliers, entrée libre

 

Cette application ne protège pas du SIDA mais y contribue
Le corps de la danse affecté par le sida
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *