Théâtre

L’éveil du printemps réveille la Colline

14 mars 2010 | PAR Claire Linda

Pièce audacieuse et complexe, L’Eveil du printemps décrit sans complaisances les tensions mortifères et sexuelles de l’adolescence.

Dans le Petit Théâtre de La Colline, un salon aux murs fleuris tient dans un rectangle surélevé et une voiture du peuple est garée juste en dessous. Un espace scénique sur trois plans pour recueillir les confidences du groupe d’adolescents, qui ensemble doutent et font l’apprentissage de l’autre et de soi dans la violence.
La pièce débute sur les accords de « Pauvre Rutebeuf » : ( Que sont mes amis devenus Que j’avais de si près tenus Et tant aimés ) et nous plonge en un instant dans une atmosphère d’angoisse et d’effroi, un magistral prologue pour permettre au public d’accepter un retour sur lui et sur son enfance.

 

Intense et bouleversante, la pièce est portée par une équipe de comédiens n’imitant jamais l’adolescence, mais préférant sonder un certain rapport à l’enfance. Leurs interprétations exposent l’innocence dans ce qu’elle comporte de cruauté et d’instabilité, avec une mention spéciale pour le comédien Nicolas Maury qui transcende le personnage de Moritz.

Dans une succession de costumes, de musiques et de jeux de lumières, les tableaux et les atmosphères s’enchainent en multipliant les propositions pour mieux dépasser les clivages du théâtre. Le spectateur navigue entre le grotesque et le sublime, de la comédie musicale au théâtre naturaliste en passant par la commedia.

La pièce, de l’auteur Frank Wedekind, suit le destin de sept adolescents tiraillés entre pulsions de vie et de mort et fit donc scandale lors de sa parution en 1891 dans la société puritaine prussienne.

Guillaume Vincent, 33 ans, signe une belle mise en scène, originale et novatrice où la tragédie de la pièce de Wedekind n’occulte pas la comédie.

Petit Théâtre de la Colline du 12 mars 2010 au 16 avril 2010 L’Eveil du Printemps
15 rue de Malte 75020 Paris / 01.44.62.52.52
avec : Émilie Incerti-Formentini, Florence Janas, Pauline Lorillard, Nicolas Maury, Philippe Orivel, Matthieu Sampeur, Cyril Texier

Autour du spectacle :
Rencontre avec Guillaume Vincent et les comédiens du spectacle mardi 23 mars à l’issue de la représentation.

Festival Etrange Cargo : Yves-Noël Genod orchestre la rencontre de Jeanne Balibar et de dindons
Sortie ciné : La buena vida
Claire Linda

2 thoughts on “L’éveil du printemps réveille la Colline”

Commentaire(s)

  • Christophe

    Chère Claire, je ne partage absolument pas ton enthousiasme au sujet de cette version de l’éveil du printemps poussive et ennuyeuse que l’on peut voir en ce moment à la colline. D’abord, il faut dire à nos lecteurs que la magnifique pièce de Wedekind a été injustement mutilé, carrément des personnages en moins, cela réduit considérablement le propos! Ensuite, la mise en scène accumule les poncifs et se trouve saturée d’effets à la balourdise dommageable (je pense ici à l’insupportable bande-son digne des mauvais films américains, les jeux de lumières à répétition, la scène masquée inefficace) cela rend les choses bien linéaires.
    Sur la piètre interprétation : le jeu alterne entre le « sitcom télé » et le hurlement, dans les deux cas le texte ne parvient pas! Seul Cyril Texier est vraiment bon.
    Où sont passés le désir, l’érotisme de la pièce, en revanche l’insouciance et l’autodestruction des personnages sont bien représentées mais hélas sans finesse. j’au aussi apprécié l’esthétique à la Marthaler mais globalement, c’est une bien triste soirée!
    A bientôt

    mars 17, 2010 at 11 h 02 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *