Théâtre

« Le K » de Dino Buzzati, par le talentueux Grégori Baquet, au Théâtre Rive Gauche

« Le K » de Dino Buzzati, par le talentueux Grégori Baquet, au Théâtre Rive Gauche

11 février 2020 | PAR Geraldine Elbaz
Grégori Baquet et Xavier Jaillard mettent en scène avec brio 13 nouvelles du recueil le plus universellement célèbre de Dino Buzzati publié en 1966, au Théâtre Rive Gauche jusqu’au 10 avril 2020. Un pur moment de beauté littéraire et scénique où le théâtre met en lumière un texte sensible et flamboyant.
 

Imposant et majestueux, un K en bois clair trône sur le plateau nu. Grégori Baquet fait son entrée en scène et s’approprie l’espace. Son regard pétillant et malicieux captive d’emblée et invite le public à le suivre dans les histoires qu’il va nous raconter, comme des confidences mises en relief par un subtil jeu d’ombres et de lumières, d’une élégance infinie.

Dans une ambiance intimiste, le comédien virevolte autour de son K qu’il déplace, retourne et ajuste au gré des histoires, fait de lui un véritable partenaire de scène avec lequel il joue et sur lequel il s’appuie pour déployer l’imaginaire de l’auteur. Ainsi ce K polymorphe nous fait voyager et devient au fil des histoires un bateau, un lit, un banc… 
 
Créé en 2009, ce spectacle propose depuis peu une nouvelle mise en scène à la fois sobre et inventive, permettant au spectateur de se plonger dans une atmosphère dédiée pour chaque histoire.
 
Depuis son plus jeune âge, Grégori Baquet entretient un rapport particulier avec les nouvelles de Dino Buzzati, qui l’ont bouleversé et l’adaptation du texte qu’il co-signe avec Xavier Jaillard devient le témoignage de cet amour littéraire qu’il nous transmet avec passion.
Complètement investi dans sa mission de partage auprès de ceux qui redécouvrent avec bonheur le texte de l’auteur mais aussi auprès des chanceux qui auront le plaisir d’entendre pour la première fois les mots de Buzzati, le comédien donne vie aux personnages de l’univers fantastique du K et nous embarque avec délices dans le magnifique florilège de ses récits, mêlant avec humour réalisme et merveilleux.
Largement inspiré par son métier de journaliste (Corriere della Sera), Buzzati défend un style limpide et direct pour exploiter des thématiques comme la fuite du temps, la mémoire, l’angoisse, la mort… Chaque nouvelle est une petite pépite dont la portée philosophique nous interroge sur notre propre existence.
 
« Et pourtant, (…) même quand il n’y aura plus personne pour lire les histoires que nous écrivons tant bien que mal, même quand les expositions resteront désertes et que les musiciens joueront leurs compositions devant des rangées de fauteuils vides, (…) les histoires que l’on écrira, les tableaux qu’on peindra, les musiques que l’on composera, les choses stupides, folles, incompréhensibles et inutiles (…) seront toujours la pointe extrême de l’homme, son authentique étendard. » 
Un très joli moment de théâtre, à partager sans modération en famille et entre amis.
 
Crédit photos : Affiche du spectacle et (c) Fabienne Rappeneau et Compagnie VIVE

Le K , de Dino Buzzati, Au Théâtre Rive Gauche, Avec Grégori Baquet, Jusqu’au 10 avril 2020, Durée : 1h15. 

Infos pratiques

« Tu mourras à vingt ans » de Amjad Abu Alala : un Soudan intime et lumineux
Agrippine orpheline : Claire Bretécher est morte aujourd’hui
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *