Théâtre

La ronde des cocus s’amuse à l’Epée de Bois

16 mai 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le théâtre de l’épée de bois propose jusqu’au 23 mai un Molière, et pas le plus triste : « Sganarelle ou le cocu imaginaire », mis en scène par Milena Vlach, pour la compagnie Aigle de Sable et l’Epée de bois, offre une machine à remonter le temps. Nous voila au 17e siècle, sortez les costumes et en avant la musique pour une heure de pur classicisme.

Succès du festival d’Avignon 2009, la troupe a échangé la jolie cour en plein cagnard contre un aussi beau lieu, celui de la Cartoucherie de Vincennes. Décidément, cette troupe a le goût des lieux d’Histoire. Pour » Sganarelle ou le Cocu imaginaire », la metteuse en scène a posé un plateau sur tréteaux sur la scène. Elle y a  suspendu un beau rideau orange. Ce mini-théâtre sera le lieu de l’action, les 4 comédiens joueront, dessus, devant, autour. Le tout accompagné par un musicien grattant la guitare et roulant du tambour.

L’intrigue tient du Feydeau, ce qui est plutôt rafraîchissant en ces temps d’hiver revenu : « Martine et Sganarelle sont mariés. Célia et Lelio sont très amoureux. Et alors ? Célia s’évanouit dans les bras de Sganarelle, Martine les surprend, Lelio est parti en voyage et Gros René meurt de faim… Les histoires d’amour finissent mal en général ? A moins que… »

Les quatre comédiens jouent avec justesse les neuf rôles de la pièce, ils font entendre à merveille cette langue souvent oubliée. Le texte en vers est égrainé pour mettre en avant des quiproquos « vaudevilliens « fort burlesques. Un spectacle qui fait honneur au théâtre classique dont on tire une jolie leçon, n’est-ce pas Sganarelle ?

A-t-on mieux cru jamais être cocu que moi. Vous voyez qu’en ce fait la plus forte apparence
Peut jeter dans l’esprit une fausse créance : De cet exemple-ci, ressouvenez-vous bien,
Et quand vous verriez tout, ne croyez jamais rien.

Jusqu’au 23 mai 2010 du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 18h, au Théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie), 18/ 13 euros, Métro: château de Vincennes (ligne 1) puis prendre bus 112 – arrêt cartoucherie. 01 48 08 39 74 – du mardi au samedi de 10h à 19h

x

Les maîtres de la suggestion au MK2 Quai de Loire
4e jour cannois , la TJC prise entre le docu-fiction et le film de guerre
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *