Théâtre
La Comédie-Française, de Richelieu à la Bastille

La Comédie-Française, de Richelieu à la Bastille

15 septembre 2011 | PAR Christophe Candoni

Alors que les travaux de la salle Richelieu ont commencé et en attendant l’ouverture au public en janvier prochain du Théâtre éphémère planté dans les jardins du Palais-Royal, la Comédie-Française vient d’apprendre sa dotation d’une nouvelle salle dans Paris. Elle investira entre 2013 et 2014, un espace libre de l’Opéra Bastille, ce qui renforce la politique culturelle de l’administratrice Muriel Mayette renouvelée cet été dans ses fonctions et marque un tournant dans l’histoire de l’institution.

Dès sa nomination à la tête de la Comédie-Française en 2006, Muriel Mayette a affiché sa double volonté d’augmenter la troupe et de trouver une deuxième salle à Paris. Elle a œuvré énergiquement dans ces deux directions essuyant quelques maladresses. En lorgnant sur Bobigny, elle a dû affronter la désolidarisation de ses acteurs et le mécontentement légitime de Patrick Sommier, le directeur de la MC93. Mais Muriel Mayette suit son chemin toujours désireuse d’investir un nouvel espace. Cela peut paraître paradoxal compte tenu du fait que la Comédie-Française possède déjà trois salles de spectacles. Mais le Studio Théâtre sous la pyramide du Louvre et le Vieux-Colombier à Saint-Sulpice paraissent aujourd’hui insatisfaisants dans la mesure où les jauges sont limitées tout comme leurs moyens techniques.

Le Ministère de la Culture lui a enfin donné gain de cause. Frédéric Mitterrand a annoncé hier qu’il allait lui confier un espace vide des sous-sols de l’Opéra Bastille, et ce en accord avec Nicolas Joël, l’actuel directeur de l’Opéra national de Paris, qui se félicite de cette décision.  « Cette nouvelle salle sera aménagée dans les espaces libres destinés initialement à la salle modulable de l’Opéra Bastille, dont le projet avait été abandonné lors de sa construction, en 1989 », a déclaré le Ministre.

Depuis la création de l’Opéra Bastille il y a plus de vingt ans, la grande boutique n’aura jamais vu sa salle modulable en état de marche puisqu’en 1986 son projet de construction est entériné car jugé trop coûteux. Il était pourtant largement défendu par des professionnels de l’opéra comme Jean-Pierre Brossmann, Pierre Boulez ou Gerard Mortier qui ont bataillé ferme pour qu’elle puisse voir le jour car ils avaient conscience de l’énorme apport de cette salle dans une maison d’opéra comme Bastille. C’est une surprise de la voir mise entre les mains de la troupe de Molière, qu’elle en fasse bon usage. Une fois aménagée, cette salle pourrait accueillir 500 personnes par représentation et bien-sûr permettre, grâce à sa conception modulable, la mise en œuvre de formes plus contemporaines. Ainsi, en investissant la Bastille, la Comédie-Française pourrait répondre aux exigences et ambitions des artistes d’aujourd’hui dans leur élaboration d’esthétiques nouvelles, ce que permet dans une moindre mesure la salle Richelieu, à l’italienne, qui en plus suit le principe de l’alternance (une spécificité maison) et implique par conséquent un cahier des charges qu’on imagine très rigoureux et contraignant quant au montage et au démontage des décors. Une nouvelle page de l’histoire de la Comédie-Française est à écrire du côté de la Bastille.

 

Les jury Médicis, Flore et Wepler-Fondation La Poste révèlent leur sélection littéraire
Les américains (re)débarquent à la Salle Pleyel
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

5 thoughts on “La Comédie-Française, de Richelieu à la Bastille”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *