Théâtre

Impatience : les premiers pas de jeunes troupes en direct de l’Odéon

28 juin 2010 | PAR Cecile David

Du 17 au 27 juin, sept troupes françaises et d’ailleurs se produisent sur les planches du théâtre de l’Odéon (6ième) et des Ateliers Berthier (17ième).

Deux lieux culturels de la capitale accueillent pendant dix jours les grands comédiens de demain. Venus de Belgique, d’Italie, des Pays de la Loire ou d’Ile de France, tous ont été sélectionnés pour représenter le jeune théâtre d’aujourd’hui. Les Ateliers Berthier vous proposent quatre rendez-vous, le théâtre de l’Odéon présentera quant à lui trois spectacles.

Les rendez-vous de l’Odéon

Made in Italy, présenté par la compagnie italienne Babilonia Teatri
La pièce nous présente l’Italie telle que le monde la perçoit, avec ses clichés mais aussi ses vérités. L’histoire avance au fil de la musique et des différentes scènes qui se répondent et s’entrecoupent avec humour.
Avec Enrico Castellani et Valeria Raimondi
Jeudi 17 et vendredi 18 juin à 19h (en italien surtitré)

La Cruche cassée, présenté par la compagnie Def Maira (Île de France)
Adam casse par accident une cruche alors qu’il tentait de s’échapper de la chambre d’Eve, à qui il était venu rendre visite en pleine nuit. La mère porte plainte mais ignore que le juge devant lequel elle se trouve alors est Adam lui-même, le coupable. la vérité finira t-elle par éclater ?
Pièce de Heinrich von Kleist/mise en scène de Thomas Bouvet
Avec Thomas Bouvet, Clovis Fouin, Damien Houssier, Maxime Kerzanet, Noemi Laszlo, Shady Nafar, Gilian Petrovski et Laetitia Vercken
Samedi 19 juin à 19h et dimanche 20 juin à 18h

Les Souffrances de Job, présenté par la compagnie Le menteur volontaire (Pays de la Loire)
Lors d’un énième repas festif, Job se pavane. Mais aujourd’hui, une rumeur circule. Le grand aurait perdu sa fortune. Interviennent alors les huissiers, chargés de retirer à Job tous les biens qu’il possède.
Pièce de Hanokh Levin/mise en scène de Laurent Brethome
Avec Thomas Blanchard, Antoine Herniotte, François Jaulin, Denis Lejeune, Hélène Marchand, Céline Milliat-Baumgartner, Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc, Anne Rauturier et Philippe Sire
Vendredi 25 et samedi 26 juin à 19h


Les rendez-vous des Ateliers Berthier

Le Chagrin des Ogres, présenté par la compagnie belge Artara
C’est l’histoire d’un garçon et d’une fillette, plongés malgré eux dans un monde où les images abondent, où la technologie ne cesse de se développer. Oui mais voilà, est venu pour nos deux bambin le temps de grandir. Une étape parfois douloureuse pour ceux qui refusent de faire face à la réalité et aux responsabilités.
Texte et mise en scène de Fabrice Murgia
Avec Emilie Hermans, David Murgia et Laura Sépul
Jeudi 17 et vendredi 18 juin à 21h

Passé – je ne sais où, qui revient, présenté par la compagnie Vita Nova (Île de France)
Libellule rêve puis se réveille. Libellule est comédien mais ce jour-là il décide de ne pas se rendre à sa répétition. Non, il préfère en savoir plus sur ce monde qu’il a rêvé, le pays du Sourd Sommeil. Le Phénix prend alors sa place dans la vie réelle.
Mise en scène de Lazare
Avec Anne Baudoux, Marion Faure, Julien Lacroix, Bruno Pesenti, Claire-Monique Scherer, Philippe Smith et les musiciens Benjamin Colin et Frank Williams
Samedi 19 juin à 21h, dimanche 20 juin à 15h

Toby ou le saut du chien, présenté par la compagnie AsaNIsiMAsa (Île de France)
Une star, au sommet de sa gloire fait un point sur son existence et se rend compte que le vide l’anime. Le jeune homme s’interroge, se morfond tout en se rapprochant dangereusement de la mort.
Texte et mise en scène de Frédéric Sonntag
Avec Laurent Charpentier, Amandine Dewasmes, Alexandre Cardin, Florent Guyot, Lisa Sans, Jérémie Sonntag, Fleur Sulmont, Karine Texier-Drieux, Olivier Waibel, Vidji Sabarros, Carole Labouze, Anaïs Chapuis et les musiciens Paul Levis et Gonzague Octaville
Jeudi 24 et vendredi 25 juin à 21h

Chez les nôtres, présenté par la compagnie Moukden-théâtre (Île de France)
Roman et théâtre documentaire s’associent pour créer « Chez les nôtres », une pièce anachronique qui réunit une œuvre littéraire datant du début du XXième siècle et une pièce issue du monde contemporain. Le résultat est surprenant et invite les spectateur à une réflexion improbable entre le temps passé et le temps qui s’écoule aujourd’hui.
D’après la mère de Maxime Gorki, des paroles documentaires et des textes du comité invisible/mise en scène d’Olivier Coulon-Jablonka
Avec Julie Boris, Valentine Carrete, Florent Cheippe, Jean-Marc Layer, Malvina Plegat et Guillaume Riant
Samedi 26 juin à 21h et dimanche 27 juin à 15h

Impatience, Festival de jeune compagnie, du 17 au 27 juin 2010, Théâtre national de l’Odéon, 2 Rue Corneille 75006-Paris. Réservations et renseignements au 01 44 85 40 00
Tarifs : de 5 (séries 1, 2, 3, 4) à 15 euros ; Ateliers Berthier, 9 euros (série unique) ; tarif « insertion », 6 euros.
Laissez-passer 7 spectacles : 25 euros ou 20 euros pour les lecteurs de Télérama, les abonnés de l’Odéon, les jeunes de moins de 26 ans et les étudiants.

Infos pratiques

L’iPhone 4, objet de toutes les convoitises
Décollez pour Exit, l’un des meilleurs festivals européens du moment
Cecile David

One thought on “Impatience : les premiers pas de jeunes troupes en direct de l’Odéon”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *