Théâtre

Elias Lester a disparu-Un thriller policier haletant à la recherche de l’enfance

11 mars 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Elias Lester a 10 ans lorsqu’il disparaît, la fliquette cherche , fait parler le père qui finit par lâcher un secret de famille enfoui depuis prés de 10 ans. Elias comprend et part. A trois reprises, Elias disparaîtra, enfant, soldat, adulte, à chaque fois son amour d’enfance, Sarah ( Serpentine Teyssier) saura où le trouver…mais pourra- t-elle le ramener ? A découvrir au théâtre 1 3 jusqu’au 18 avril.

Le décor se compose d’une grande table, qui devient par le jeu des comédiens et l’imagination du public, une salle de classe, un commissariat, un bar du tréfonds du bout du monde,  et d’un mur, sur lequel les acteurs viennent accrocher les preuves de l’enquête et la fin de chaque époque. Sur le côté, Christian Roux est au piano tout le long du spectacle.

« Elias Lester a disparu »  vient poser une question viscérale : est-il si naturel de « mettre un enfant au monde ». A-t-on le choix de ne pas vouloir, a-t-on le droit de ne pas pouvoir ? La femme flic a préféré sa carrière, une autre a du adopter, après « les bilans que les toubibs appellent interrogatoire comme à la police » pour qu’au bout « d’un paquet d’années », elle s’entende dire « il n’y a rien à faire, il faut faire son deuil…mais comment faire son deuil quand personne n’est mort, puisque personne n’a pu naître ? Les interrogations des parents se répercutent dans la cour de l’école…et ta mère, c’est ta vraie mère ? Elias doute, alors il part, tout le temps, il disparaît…


Les comédiens dégagent une belle énergie au service de cette   intrigue policière, particulièrement Philipp Weissert dans le rôle d’un Elias élastique , et Ana Rabal à l’accent hispanique seyant à l’hystérie de la vieille femme folle. On souligne également le beau choix de Jerôme Imard et Eudes Labrusse dans la mise en scène du texte d’Eudes Labrusse où il n’y a jamais de dialogue , uniquement des monologues à la deuxième personne du pluriel, ce « vous » qui semble bien sûr adressé au public pour le questionner directement.

« Elias lester a disparu » est une pièce de théâtre distrayante sans être idiote, accessible au plus grand nombre sans être légère. Un texte original servi par une bonne mise en scène et porté par une troupe de bon comédiens.

« Elias Lester a disparu », mis en scène par Jérôme Imard et Eudes Labrusse, avec, Eva Castro, Jérôme Imard, Denis Jousselin, Serpentine Teyssier,  Philipp Weissert et Christian Roux au piano-Théâtre 13, 103 A boulevard Auguste Blanqui, 75013, M Glacière, représentations le mardi, mercredi, vendredi à 20H30 , le jeudi et samedi à 19H30, le dimanche à 15H30, réservations 0145886222 ( uniquement l’après-midi), prix des places : 22 €, TR 15€ .

Bon plan: le 13 de chaque mois, tarif unique 13 € . 

Rencontre avec Eudes Labrusse, Jérôme Imard et toute l’équipe artistique, dimanche 28 mars 2010 à 17h30 (à l’issue de la représentation de 15h30) – entrée libre

Garde d’enfants Dimanche 4 avril 2010 pendant la représentation de 15h30 (6€ par enfants)
Spectacle de conte / atelier / goûter avec la Compagnie Tout Ouïe.

Crédit photo: Ludovic Tourdot

Week-end prolongé à Amsterdam
Un bouton d’alerte sur Facebook
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *