Arts

Week-end prolongé à Amsterdam

11 mars 2010 | PAR Alienor de Foucaud

Pour une petite escapade dans la Venise du Nord, quelques conseils expos, restos and Co. Malgré le froid polaire de la ville lumière en ce début Mars, rien de tel qu’une petite balade le long des canaux, et d’une bière fraîche en terrasse.

 

Que vous partiez entre potes, avec votre amoureux (se) ou en solitaire, les auberges de jeunesse et petits hôtels du centre et du quartier rouge sauront satisfaire vos envies : Le Winston se démarque par ses décorations toutes inédites et kitsch à souhait, plafonds rose bonbon et lustres semi-cristal ornent ces petites chambres rétro et art déco. Inutile de préciser que jour et nuit, l’hôtel fait aussi office de resto, bar, coffee shop et autres idées en tout genre : Winston Hotel, Warmoesstraat 129, +31 (0)20-6231380

 

Véritable ville musée, Amsterdam est un centre culturel de premier cri : faites un tour à l’incontournable Musée Van Gogh pour y admirer (enfin) les Tournesols, La chambre à coucher ou encore le Champ de blé aux Corbeaux. En ce moment, une exposition est consacrée à Gauguin, hommage rendu à son vieux frère ennemi. Le musée y examine les premiers pas du peintre dans la modernité et ses premières quêtes d’exotisme, en Bretagne ou à la Martinique, quelques années avant qu’il ne découvre le paradis tahitien.

Les chefs d’œuvre de la peinture hollandaise et du siècle d’Or sont toujours présentés au Rijksmuseum : ici un Rembrandt, là un Vermeer, tous les génies de la lumière, du clair obscur et du crépuscule se côtoient dans les galeries d’un des plus grands musées d’Europe. Attention, jusqu’en 2013, une partie du musée est en rénovation, « seuls » 400 peintures sont visibles.

A défaut de ne pouvoir aller à St Petersburg, le pendant du Musée de l’Hermitage se situe au cœur du quartier juif et présente une rétrospective de Matisse à Malevitch jusqu’au 17 Septembre. L’exposition explore les origines de l’art moderne comme un phénomène artistique historique et lève un voile sur l’œuvre d’artistes qui, à l’aune d’un moment crucial dans l’histoire de l’art au début du dernier siècle, initièrent une véritable révolution.

Enfin, le Musée de la Photographie plus connu sous le nom de Foam Museum, présente actuellement deux expositions, l’une consacrée à l’artiste russe Alexander Rodchenko, l’autre au photographe Ari Marcopoulos. Deux explorations de la photographie documentaire et du reportage, moyen de propagande chez l’un, pure source artistique chez l’autre.

La scène contemporaine fait son nid, nombreuses galeries et centres culturels se cachent entre deux ponts.

Concerts, expos, performances, Westergasfabriek (Haarlemmerweg 8-10) est une usine à gaz désaffectée transformée en complexe culturel.

Pour un p’tit film sympatoche, The Movies (Haarlemmerdijk 161) est un très beau cinéma des années 1900, et propose une programmation alléchante ainsi qu’un style art déco, au café-restaurant, le public s’improvise critique de cinéma.

Chez SPRMRKT, Rozengracht 191-193 (si vous arrivez à le prononcer, chapeau !), les années 70 sont de retour, vêtements, mobilier, luminaires, œuvres d’art, magazines spécialisés, dans cette boutique concept, underground et tendance, les signatures locales côtoient les marques internationales, une bonne manière de se replonger dans le décor de Charlie’s Angel ou Orange Mécanique.

Coup de cœur pour The Frozen Fountain (Prinsengracht 645), qui expose ce qui se fait de mieux en matière de design contemporain.

Le quartier Joordan est sans conteste, le coin des galeristes en tous genres.

Pour un petit goût d’international, filez à la Serieuse Zaken (Lauriersgracht 96), où la Chine est mise à l’honneur.

Sa voisine Torch, (Lauriersgracht 94), s’est fait connaître en exposant les artistes Jake and Dinos Chapman, Anton Corbijn ou encore Richard Kern et Micha Klein.

De l’autre côté de Rozengracht, se situe la Galerie Fons Welters (Bloemstraat 140), qui découvre de nouveaux talents locaux, notamment dans la photographie, procurant aux artistes hollandais un lieu d’exposition.

Enfin, les curieuses galeries Rockarchive (110 Prinsengracht) et KochxBos (1e Anjeliersd-warsstraat 3) méritent le détour.

Entre deux expos et une balade ensoleillée, des petites pauses s’imposent, sur le pouce ou au comptoir, sandwichs et gâteaux « home made » comblent les petits creux.

 

Chez De Jaren (Nieuwe Doelenstraat 20-22), un des plus beaux « grands cafés » de la ville, vous pourrez lézarder à l’une des terrasses surplombant l’Amstel ou déguster un délicieux smoothie autour de la table de lecture.

Au Melly’s Cookie Bar (Nieuwezijds Voorburgwal 137), de savoureux cookies sont concoctés selon une recette traditionnelle et à emporter avec un milkshake.

La Pâtisserie De Taart van m’n Tante (Ferdinand Bolstraat 10) propose un salon de thé aux couleurs flashy et à la déco surprenante. Les deux chefs y font preuve d’une créativité qu’il ne faut pas manquer de tester.

Enfin, le petit déjeuner de chez Latei (Zeedijk 143) est un must incontournable, si vous passez vers 18h juste avant la fermeture, ils vous offrent les derniers croissants et pains au chocolat de la journée !

Pour des soirées détente, rythmées et branchouilles, quelques adresses sympa dénichées au hasard des rues.

 

Dans le centre, à deux pas de la place du Dam, la brasserie contemporaine Harkema (Nes 67) conçue par deux architectes locaux, Ronald Hooft et Herman Prast, propose un bar design aux volumes amples et lignes pures.

Pour une soirée italienne, Yam Yam (Frederik Hendrikstraat 90) propose les meilleures pizzas aux truffes de la ville, et pour des tapas à l’espagnole, A la Plancha (1e Looiersdwarsstraat 15) sert jusqu’à la fermeture.

Pour continuer la soirée en beauté, nombreux bars et coffees shop ornent les ruelles.

 

Greenhouse (Oudezijds Voorbugwal 191) est sans conteste le plus célèbre de la ville, Barney’s (Haarlemmerstraat 102), plusieurs fois prisé est devenu une petite institution, ou encore Yo-Yo qui propose une herbe « biologique » (2e Jan Van der Heijidenstraat 79)

Enfin, pour boucler le tout et faire un tour sur le dance floor, Le Paradisio (Weteringschans 6-8) est une célèbre salle de concerts installée dans une église désaffectée, et De Buurvrouw (Sint Pieterspoortsteeg 29) est le club d’élection des noctambules avérés pour une dernière virée en boîte : ici, on danse jusque tard.

Reste l’essentiel : le billet de train s’achète via Thalys et la SNCF bien évidemment.

Bon voyage !

Infos pratiques

Elephanz Gagne le Prix Chorus 2010
Elias Lester a disparu-Un thriller policier haletant à la recherche de l’enfance
Alienor de Foucaud

3 thoughts on “Week-end prolongé à Amsterdam”

Commentaire(s)

  • outerbah allaoua

    ik bin bei julie thuis gekomen over een week,en hef gezien dat « the green house coffie shop »op zoek naar een voordien(barman)was.ik bin zonder werk vanaf een teidje,en heef al als barman gewerkt ,ok in restaurants in belgie,en frankreik in een « confiserie »… ik kahn neerderlands,spaans,engels,en deuts praaten.u coffee shop ist ereg bekaant;en ik zaal heel grag bei julie werken!!!? als het mogeleik ist schreif me trusch om ist te wetten als het nog kaan??!!dank u wel. veel grooten uit paris ALLAOUA (sorry for the faults,i’m not so good by writing,i talk much better;anyway before i forget i’m 40years old and i’m a mal)thanks for reading.see yah.all

    septembre 29, 2010 at 16 h 02 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *