Théâtre
Dans La Place royale de Corneille, Denis Podalydès mène la danse

Dans La Place royale de Corneille, Denis Podalydès mène la danse

05 décembre 2012 | PAR Christophe Candoni

En montant La Place royale de Corneille au théâtre du Vieux-Colombier, Anne-Laure Liégeois passe outre la supposée jeunesse frivole et flamboyante de la pièce pour en livrer une version plus mure, menée à vive allure mais empreinte de gravité.

La place des Vosges est ici une salle des fêtes un peu miteuse. Un air faussement festif avec des boules à facettes et une musique sirupeuse ne masque ni la laideur du lieu ni l’atmosphère « gueule de bois », morose et torturée qui y règne. Dans un contexte contemporain, Anne-Laure Liégeois met en scène des personnages toujours insatisfaits car trop aimés ou pas assez, enfermés dans leur solitude et leur déprime. A l’exception de l’irradiante et libre Phylis d’Elsa Lepoivre, Clément Hervieu-léger fait un Doraste gringalet et dégingandé, las, plaintif, Eric Génovèse, un Cléandre pénétré d’un spleen sombre, Florence Viala, une Angélique subtilement éplorée et émouvante. On rit aux dépens des personnages dont les cœurs amoureux sont rudement mis à l’épreuve et trompés.

Une lecture sombre donc, intéressante aussi car elle tranche net. A la fin, la belle Angélique part pour le couvent et renonce à l’amour qu’elle porte à Alidor. Dans cette mise en scène, elle le quitte, laissant sur les lèvres de son amoureux un dernier et hâtif baiser, preuve de sa passion amoureuse qui n’est pas éteinte, tandis que lui, peu aimant, file pour une dernière danse dans les bras d’une autre femme, mystérieuse et originale anonyme, dans une robe pailletée et sur de hauts talons, muette et abandonnée sur un banc au fond. La cruauté du dénouement a rarement été aussi bien montrée. C’est peut-être tordre le cou à la pièce et à son sous-titre que de présenter son protagoniste comme un macho qui ne sait aimer et n’aime point, mais c’est aussi l’éclairer d’une nouvelle manière, assurément moderne.

Alidor, ce philosophe qui, par peur de devenir l’esclave d’une tyrannie amoureuse, veut échapper à l’amour entier et absolu qui lui porte Angélique pour jouir de sa liberté, est campé magistralement par Denis Podalydès. L’élégance négligée, le cheveux long, la barbe pas rasée rappellent son étrange et formidable Matamore sous la direction de Galin Stoev. Il est à la fois méchant, inconséquent, penaud et céleste. Tous les comédiens adoptent un jeu lumineux et douloureux, nuancé, intelligent et sensible.

 

Photo : Christophe Raynaud de Lage

L’étonnant Dali frappe encore : la Galerie Messine lui rend hommage
Les vernissages de la semaine du 5 décembre
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *