Théâtre

Cyril Casmèze interroge l’animal et sa panse au Lucernaire

Cyril Casmèze interroge l’animal et sa panse au Lucernaire

01 avril 2011 | PAR Yaël Hirsch

Comédien et acrobate zoomorphe, Cyril Casmèze interroge depuis 2001 avec sa complice de « la compagnie du singe debout », Jade Duviquet, les liens entre humanité et animalité à travers l’art de la performance. L’originalité de ce nouveau spectacle au titre poétique « Il est plus facile d’avoir du ventre que d’avoir du cœur », est de puiser dans le vécu de son interprète pour à nouveau poser cette question. Un spectacle drôle et cruel, où l’énergie de Cyril Casmèze laisse sans voix.

Sans faux semblants, parfois sur deux jambes, et parfois à quatre pattes, Cyril Casmèze livre ses névroses et ses peurs par saccades : sa vie bien rangée dans des valises, son obsession pour les Ardennes et surtout sa faculté de grossir dès que quelque chose de grave lui arrive, et le souci que lui causent sa petite taille et son ventre. Grimaçant, imitant le moitié des animaux de l’arche de Noé, bondissant sur ses caisses avec agilité, Cyril Casmèze ne peut que provoquer une très grande sympathie et faire rire son public, malgré la dureté de ce qu’il énonce parfois. En une heure de performance, pas une minute il ne reste au même endroit, galopant, rugissant, fouinant, couinant et se dénudant pour chercher le fil secret qui anime à la fois l’animal et l’homme. Le paradis bondé du Lucernaire rit à gorge déployée, et même si el texte est parfois trop morcelé pour qu’on voit exactement où Jade Duviquet et le comédien ont voulu en venir, la performance dévoile d’elle-même la gêne du corps. Il faut tenir jusqu’à la dernière scène, visuellement époustouflante,  quand le calme tombe enfin et que la grâce descend sur le comédien qui a fini de miauler.

« Il est plus facile d’avoir du ventre que d’avoir du cœur », de Cyril Casmèze et Jade Duviquet, avec Cyril Casmèze, mise en scène : Jade Duviquet, assistant : Marc Wéry, scénographie : Laure Pichat, Lumières : Jean-Marc Skatchko, conseils : Marion Lévy, durée du spectacle : 1h.

visuels © Nora Houguenade

Le festival européen du film indépendant commence aujourd’hui
Carré Viiip s’arrête, la fin d’une mauvaise blague
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : yael@toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *