Théâtre
[Critique] « La Dame aux jambes d’azur » : un spectacle sympathique mais sans folie

[Critique] « La Dame aux jambes d’azur » : un spectacle sympathique mais sans folie

17 février 2015 | PAR Matthias Turcaud

Jean-Pierre Vincent exhume de l’oubli un texte court et méconnu de Labiche, sur une pièce ratée et un pseudo-auteur aussi incompétent que prétentieux. Cependant, sa mise en scène semble comme bridée, et retenue, ne permettant qu’un plaisir de spectateur assez modéré.

[rating=2]

Cette courte pièce écrite par Labiche en 1857 évoque fortement le cinquième acte du Songe d’une Nuit d’été consacrée aux artisans d’Athènes et à leur représentation fauchée et improvisée autour des amours de Pyrame et Thisbé, et on devine l’ampleur de son potentiel comique en voyant la version qu’en propose Jean-Pierre Vincent au Studio Théâtre de la Comédie Française.

Hélas, le spectacle ne convainc pas vraiment ; la pièce, moins dense que celle de Shakespeare, et n’ayant pas sa portée politique et sociale, tout comme sa puissance d’imagination, peine à s’élever au-dessus de l’anecdotique.

Surtout, on regrette une mise en scène guindée – et extrêmement sage pour une comédie – proposée par Jean-Pierre Vincent, avec la toile de fond de forêt pour accompagner la pièce d’Arnal. Le spectacle jamais ne s’emballe, et peu de gags déclenchent une hilarité véritable, tant le tout paraît si cadenassé, verrouillé, sans grandes surprises – même l’apparition au milieu des spectateurs de Mme Chatignard, loueuse d’un appartement pour lequel Grassot serait intéressé, manque franchement de spontanéité.

Seul arrive vraiment à tirer son épingle du jeu un Pierre Louis-Calixte dans le rôle d’un Ravel sceptique vis-à-vis de la pièce d’Arnal mais enjoué à la fois, ou encore les deux toutous aux basques de leur maître respectif, deux acteurs secondaires, et qu’il faut tenir pour ne pas qu’ils se sautent dessus. Ce qui est de tout façon appréciable avec les chiens ou les animaux en général, c’est qu’on est vraiment sûrs qu’ils ne peuvent pas surjouer !

On demeure en bref contents d’avoir découvert cette rareté de Labiche, mais il ne s’agit définitivement pas là du spectacle de l’année. On peut s’y divertir, mais assez modérément.

Crédit photos : Brigitte Enguérand.

Au Studio Théâtre, 99 rue de Rivoli (1er). Téléphone : 01 43 16 47 10. 

Infos pratiques

[Critique] « Kingsman : services secrets », mariage réussi entre l’humour et le film d’espionnage
Agenda Classique de la semaine du 16 février
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *