Théâtre
Baroufs au Théâtre de l’Ouest Parisien

Baroufs au Théâtre de l’Ouest Parisien

13 octobre 2011 | PAR Emma Letellier

Le Théâtre de l’Ouest Parisien ouvre ses portes pour une nouvelle saison de spectacles avec une création : Baroufs à Chioggia de Carlo Goldoni, dans une traduction inédite de Jean-Paul Manganaro et une mise en scène signée Frédéric Maragnani.

A Chioggia, une des îles de la lagune vénitienne, les femmes tricotent en attendant le retour des hommes partis en mer. Elles bavardent avec leurs belles-sœurs et se disputent la faveur de celui-ci et de celui-là. Celui-ci c’est le frère de celle-là, de l’autre clan, une chasse gardée. Quant à celui-là c’est Toffolo dit l’alcolo, qui n’est pas en mer et qui profite des champs restés libres. Mais les regards se surveillent et la rumeur jalouse en vient bien vite à la querelle, à l’esclandre et au barouf. Les hommes revenus, le différend entre les deux clans se meut en bagarre et Toffolo l’alcolo qui sème la zizanie s’empresse de demander la protection d’Isodora, la Substitute, délicieusement incarnée par Crystal Shepherd-Cross. Le barouf se poursuit alors et se complique jusqu’à ce que la dea ex machina impose une résolution heureuse au conflit de voisinage.

L’intrigue de Baroufs est celle d’une comédie : une pièce pour rire qui peint certaines mœurs et certains ridicules aux prises avec un désordre soudain et des situations souvent cocasses. Elle fait partie des pièces écrites par Goldoni alors qu’il était encore à Venise et qu’il travaillait à l’élaboration d’une Commedia moderne, écrite, démasquée et nourrie de l’observation de la société vénitienne du XVIII è siècle.

Si l’issue du conflit amoureux est bien connue des spectateurs, le dialecte vénitien retravaillé par Jean-Paul Manganaro offre une surprise magnifique à un public immédiatement saisi par la bizarrerie et la poésie de ce langage inouï. Il ne s’agit plus ici de mimer un sociolecte mais de suggérer un ailleurs fantaisiste où les liaisons sont improbables et les syllabes superflues. Les jeux de sonorités avec les inédits d’une langue réinventée ainsi que la joie déclarée de l’ensemble des acteurs donnent le ton facétieux de ce spectacle qui fait rire l’ensemble de la salle et même les enfants.

Un moment de jeu magnifique servi par des acteurs animés.

La Mouette de Tchékhov ?
Choc culturel, Anne Teresa De Keersmaeker accuse Beyoncé de plagiat
Emma Letellier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *