Théâtre
Avignon OFF : un retour sur le « 17 octobre 1961 »

Avignon OFF : un retour sur le « 17 octobre 1961 »

23 juillet 2022 | PAR Lucine Bastard-Rosset

17 octobre 1961, Lamento sur Paris revient sur une partie tragique de l’histoire de la France. Une pièce qui met en lumière l’horreur qu’ont vécue des manifestants pacifistes, pour la plupart Algériens. Un spectacle à découvrir au Théâtre de l’Étincelle durant le festival d’Avignon.

Des faits réels

Le 17 octobre 1961, les Algériens sont amenés à descendre dans la rue pour manifester pacifiquement contre un couvre-feu discriminatoire et en faveur de l’indépendance de leur pays. Ils ne portent aucune arme, juste des pancartes et la foule contient des hommes, des femmes et des enfants. Tous sont là pour se faire entendre et prôner la paix. Mais la police française et l’État entament une répression sans précédent, arrêtant, massacrant, torturant un grand nombre de manifestants, de tout âge et de tout sexe.

Le dramaturge Hamma Meliani revient sur ce drame et en écrit une pièce touchante et percutante. Il s’appuie sur des témoignages de personnes ayant vécu ce jour funeste pour transmettre une parole très peu entendue et écoutée.

Une mise en scène choc

Victor Quezada-Perez réalise une mise en scène sobre au fonctionnement singulier. Sur la scène, les 6 comédiens sont vêtus de noir et arborent un sweat à capuche. Ils ne quittent pratiquement jamais cette scène, se fondant dans le mur noir du fond. Ils y sont absorbés et deviennent ainsi des sortes de fantômes, sortant des limbes pour raconter leurs histoires tragiques, les horreurs qu’ils ont vécues ce jour-là.

La scénographie complète ces choix de mise en scène, dévoilant un plateau dénudé. Les différents espaces se structurent et se découpent sur le sol grâce à la lumière. L’hostilité des lieux et la tension qui en émane sont accentués par ce vide. Les bruitages sonores participent également à la construction des espaces, notamment le bruit d’une porte de prison qu’on ouvre et qu’on ferme.

Alternance narration et scénettes

17 octobre 1961, Lamento sur Paris alterne des moments de pure narration et de courtes scènes. La narration se fait sur fond d’une musique entraînante, qui entre en opposition avec les propos tenus. Dans ces moments, les comédiens ne parlent pas sur un ton dramatique mais sourient et racontent les horreurs vécues sur un ton joyeux.

Quant aux scénettes, c’est au contraire la tension et le dramatique qui planent. Violence, peur, tristesse et espoir s’y côtoient, rendant compte de l’insupportable épreuve à laquelle doivent faire face les différents personnages. Les scènes de torture par les policiers font ressortir le racisme et incompétence de l’État à gérer une situation. Pour eux tout est permis, les limites n’existent plus.

 

Cette pièce est un récit déchirant d’un événement historique français majeur. Elle a été écrite par Hamma Meliani et mise en scène par Victor Quezada-Perez, interprétée par Myriam Allal, Théa Anceau, Adel Beddiar, Salvatore Caltabiano, Valentin Madani, Sébastien Lanz et Aylal Saint Cloment. Présentée du 7 au 30 juillet, à 19h, au Théâtre de l’Étincelle, dans le cadre du festival OFF d’Avignon 2022. Relâches les 12, 19 et 26 juillet.

Visuel : © Affiche

Monte-Cristo : Nicolas Bonneau au sommet de son art.
Là où je croyais être il n’y avait personne : Anaïs Muller, Bertrand Poncet et Marguerite Duras au travail
Lucine Bastard-Rosset

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture