Théâtre
Monte-Cristo : Nicolas Bonneau au sommet de son art.

Monte-Cristo : Nicolas Bonneau au sommet de son art.

23 juillet 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

À partir du roman d’Alexandre Dumas, Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux signent avec la Compagnie La Volige un récit musical aux allures tarantinesques. Quasi parfait !

Dans Sortie d’usine où il abordait la fin de carrière de son père ouvrier mort de l’amiante, il avait collecté des témoignages oraux. A ce qu’il nomme le  collectage, Nicolas Bonneau y avait accordé une grande importance. Il avait ainsi écrit sur ce père un conte qui se consitue d’une histoire collective et d’une mémoire commune. Dans Qui va garder les enfants ?, réflexion sur la domination masculine, Nicolas Bonneau avait écrit à partir d’extraits d’entretiens de femmes entrées en politique.

À chaque fois son écriture est circulaire, fragmentaire, parfois lacunaire ou elliptique. Car Nicolas Bonneau est un authentique conteur. Il sait nous tenir en haleine. Il sait transformer l’écrit en paroles, les témoignages en récit. Son talent de conteur s’origine dans cette façon de travestir toute fiction en une pseudo conversation façon confession face à un public saisi. Les mots semblent lui venir d’une ancienne mémoire au fur et à mesure du narratif. Son immense talent de conteur est aussi à comprendre dans sa voix légèrement et tendrement chantante accompagnant une gestuelle sobre. Nicolas Bonneau vient à nous en toute simplicité et humilité, sans scories, sans fausses manières, sans exagérations ou hâbleries. C’est ici sa façon d’être conteur : il s’annule devant son héros. 

Au OFF d’Avignon, il présente dans la grande salle du 11, Monte Christo. Il reprend son ouvrage en nous racontant cette fois l’histoire d’une injustice et d’une vengeance. Edmond Dantès, jeune marin de dix-neuf ans, débarque à Marseille pour s’y fiancer le lendemain avec la belle catalane Mercédès mais trahi par des amis jaloux qui le dénoncent à tort comme conspirateur bonapartiste, il est enfermé dans une geôle du château d’If, au large de Marseille. Il réussira à s’évader et entreprendra de se venger.

Nicolas Bonneau, au milieu d’une scénographie somptueuse, tient son auditoire durant presque deux heures. Le conte accompagné par la musique efficace de Fanny Chériaux devient pièce de théâtre. Une vidéo et un formidable dessin animé viendront compléter l’édifice. Le résultat est un moment d’intense bonheur populaire et pop! 

 

Mise en scène : Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux
Texte : Nicolas Bonneau, Fanny Chériaux, Héloïse Desrivières
Librement adapté du roman d’Alexandre Dumas

7 – 29 JUILLET À 10h
Relâches les 12,19 & 26

Durée • 1h40
À partir de 12 ans

Au 11 • Avignon
11 boulevard Raspail
84000 Avignon

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici.

Crédit Photo Frederic Ferranti

Verbier Festival 2022 – Musique de chambre en majesté
Avignon OFF : un retour sur le « 17 octobre 1961 »
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture